Tête, coeur et cul


Étrange sensation de réaliser que ma vie libertine « ce n’est plus ce que c’était ». Je ne dirais pas forcément que « c’était mieux avant », mais en cette période moins coquine, les réflexions sont nombreuses et les constats éloquents:

-On me perçoit comme inaccessible, en réalité, je suis surtout très exigeante sur la qualité de mes amants qui doivent me plaire physiquement et intellectuellement

-J’ai laissé mon coeur vibrer et prendre le dessus parfois, mais c’est inéluctable la passion ne dure qu’un temps

-Je donne beaucoup d’importance à l’état d’esprit, aux états d’âme, et je me pose beaucoup (trop) de questions, quitte à mettre au second plan l’aspect physique qui devrait pourtant être le point central d’une relation libertine

-J’ai du mal avec le lâcher prise, qui fait pourtant tant de bien.

Je ne pourrais pas dire que mes derniers moments avec mes amants ont été très « sexe », d’autre part mon mari aime avoir nos bébés à proximité, ce qui impacte temporairement notre intimité. Bref, me voilà avec ma tête, mon coeur et mon cul à me questionner sur ma capacité à plaire de nouveau. Je me dis que si je venais à rencontrer l’un de mes lecteurs, en l’état actuel des choses, je ne serais peut être pas à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’une blogueuse sexy.

Je crois que j’ai simplement besoin de sexe pour du sexe pour remédier à tout ça, essayer de mettre de côté tous les autres aspects pour retrouver l’insouciance et la légèreté qui rendent la liberté si délicieuse.

Être une libertine qui ne baise pas est un comble.

Mais je crois que je vais rester fidèle à moi même, me laisser porter par l’envie et la règle du « Fuck yes« , se fier à cette étincelle qui m’a toujours guidée. Après tout depuis toutes ces années, c’est toujours la même chose: « Je ne cherche pas, je trouve », le privilège d’être une femme, de savoir ce que je ne veux pas (plus facile que de savoir ce que je veux) et connaître le pouvoir des mots.

Une réflexion au sujet de « Tête, coeur et cul »

  1. Être exigeante et faire sa princesse oui c’est normal quand le choix est là et qu’on a déjà gouté à tous les plats.
    Mais n’est-ce pas un peu banal ?
    Les libertines ça ne court pas les rues, il n’y a qu’à voir le nombre de femmes seules sur les réseaux libertins en comparaison aux nombres d’hommes… Donc oui tu as une certaine facilité à trouver sans chercher. C’est bien on est content pour toi.

Laisser un commentaire