Tous les articles par Lilou

Transformation

Il y a quelques années, une petite graine est venue se planter dans mon esprit. Une envie, un fantasme de liberté: appliquer à ma vie professionnelle, ce que j’ai réussi à mettre en place dans ma vie privée. La liberté, valeur clé de mon épanouissement, je l’aperçois désormais un peu plus. Mes idées évoluent, et pas à pas, j’avance sur mon chemin. Mon contrat se termine à la fin de l’année, mon envie de devenir coach se dessine, j’ai commencé une formation pour me sentir à l’aise dans ce futur rôle et pouvoir appréhender toutes les situations. Les planètes s’alignent désormais! Je l’entrevois.

Il me reste encore beaucoup de choses à définir: mon identité, ma spécialisation, ma clientèle cible…  Voilà des jours, des semaines que ces questions hantent mon quotidien. Je souhaite vivement être cohérente, être vraie, être moi. Et puis un constat, cet alignement nécessitera, non pas une évolution, mais une transformation. Il est important de permettre à la femme que je suis devenue d’être à l’aise, d’accompagner les femmes et les couples sur leur chemin, d’assumer au grand jour ce que je suis, d’oser parler d’intimité ouvertement. La conséquence est que ce personnage de Lilou et ce lieu que j’ai créé il y a 12 ans et qui prend beaucoup de place, évoluera désormais dans un milieu plus restreint, protégé par un mot de passe. C’est la solution que j’ai trouvé pour avancer en adéquation, avec ce que je suis, pour assumer de plus en plus et oser mes envies. De chrysalide, devenir papillon.

Photo d’illustration trouvée sur le compte flickr de Christina Evans

Le prof de français

Il était souvent habillé d’un long manteau noir. Il avait un grand sourire avec des canines pointues qui pouvaient me faire penser à Dracula, en plus sympathique toutefois. Il m’impressionnait parfois. Il avait même pas 30 ans, et moi j’étais une jeune fille sage de 5ème. Il avait une façon singulière d’enseigner le français, parce qu’il était rétro et moderne à la fois laissant la part grande à ses leçons de moral. Ce qui lui importait le plus ce n’était pas la conjugaison ou la grammaire, mais bien de sensibiliser nos esprits, de nous mener à nos propres réflexions, de faire de nous des êtres capables d’avoir le sens critique et de développer nos opinions.
Son dernier cours de l’année scolaire fût un long discours évoquant le fameux « Big brother is watching you » de Geoge Orwell. Lire « 1984 » était à ses yeux plus important que réciter le présent, le passé simple ou le futur antérieur. « Vous pouvez oublier toutes les leçons que j’ai pu vous enseigner, mais surtout n’oubliez pas que vous êtes libres! ».

Aujourd’hui, assurément, la liberté et l’écriture ont une place importante dans ma vie. Et je souris en réalisant que cet homme de lettres est même plus jeune que certains amants qui ont partagé mon lit!

L’âge de raison?

Je participe souvent aux soirées organisées par le CE de mon entreprise, la convivialité est au rendez-vous et les sorties proposées sont sympas: expo, resto, escape game, quizz musical… Cette fois c’est le billard qui est à l’honneur, j’y jouais adolescente avec mon père, ou plus tard lors de nos sorties entre amis, mais ça fait plusieurs années que je n’ai pas touché une queue.
Les règles sont rappelées à l’assemblée, et les équipes sont formées, mon partenaire est un jeune homme de 25 ans nouvellement recruté, un petit look à la Harry Potter avec ses lunettes, classe dans sa chemise blanche et son nœud papillon. Nous avions déjà discuté quelques jours auparavant et cette soirée est l’occasion de faire plus ample connaissance, mais les choses sont claires, le billard est le seul jeu entre nous, la relation est amicale, point de séduction, « no zob in job » ça a toujours été mon état d’esprit.
La salle se rempli avec le temps, et bientôt trois hommes s’installent à la table d’à côté. Dès que je les vois, je me surprends à me faire la remarque qu’ils sont plutôt mignons, que la consommatrice d’hommes que j’ai pu être se laisserait bien tentée par celui là avec son bouc, ou son voisin bien apprêté. Physiquement, c’est clair qu’ils sont à mon goût et je sais exactement dans quel ordre je tenterai ma chance avec eux si j’allais les aborder.
Oui mais voilà, ça j’avais oublié en m’habillant ce matin qu’il y avait cette soirée, et je ne me sens pas du tout séduisante avec mon pantalon/pull. Je ne suis pas du tout armée pour tenter la moindre séduction.
Et puis, eux aussi, à l’instar de mon collègue, sont jeunes, ils ont au moins cinq ans de moins que moi, voir dix. Ils viennent ici entre amis, comme je le faisais il y a des années.
Enfin, comment séduit-on des hommes que l’on trouve charmant quand, on est mariée avec deux enfants et entourée de ses collègues?
Je suis souvent passée par Internet pour mes rencontres, ça permet d’expliquer qui je suis, de m’assurer que la situation est claire et acceptée.
Je suis restée bien sage cette fois, leur jeunesse, me faisant prendre conscience que le temps passe pour moi. Il y a une dizaine d’années je pouvais plus facilement tout envisager, mais je me laissais toujours séduire. Aujourd’hui, je suis contente de constater que je sais ce qui m’attire. J’envisage davantage oser entrer dans un jeu de séduction face à quelqu’un qui me plait, dans un autre contexte en tout cas…
La prochaine fois en tout cas, je prendrai soin de sortir jupe et décolleté!
Je crois qu’il va falloir que je me fasse à l’idée, je risque d’être bientôt une « cougar »…

Libertine minimaliste

Voilà longtemps maintenant que je ne suis plus très active ici ou sur Twitter, que je suis dans une sorte de parenthèse. En réalité, ce n’est pas une parenthèse, mais une évolution. Oui, bien sûr, il y a mon rôle de maman qui a pris de la place, beaucoup de place même à un moment, mais pas seulement, il y a eu aussi beaucoup de changements nécessaires à mettre en place pour adapter ma situation et me rapprocher de la vie que je veux.

En 2017, j’ai travaillé dans 4 entreprises différentes, afin de trouver le boulot qui me permet aujourd’hui d’avoir des horaires confortables et d’être chez ma nounou parfois 10 minutes après avoir quitté le bureau! J’ai aussi le luxe de pouvoir aller travailler à pieds en passant par un écrin de verdure, ce qui est très agréable pour commencer la journée et laisser divaguer mes pensées légères ou sérieuses.

J’ai fait le point sur mes relations intimes, en commençant par accepter la fin d’une histoire,  j’ai compris et accepté que parfois une relation peut apporter plus de négatif que de positif, et que lorsque quelque chose est toxique, il faut savoir lâcher prise. J’ai trouvé très agréable de constater que je n’avais plus « besoin » de vivre d’autres histoires, mon mari me suffit physiquement, le reste est la cerise sur le gâteau.

Mon bel amant, lui, n’a pas foutu le camp avec la belle au bois dormant, il est toujours présent, et même si avec le temps, ce n’est plus comme avant, ça reste une très belle histoire, un « amour » qui traverse le temps. Le deuxième homme de ma vie en quelque sorte.

En 2018, j’ai eu la satisfaction de concrétiser un projet immobilier, une idée que j’avais en tête depuis quelques années, et qui me tenait à cœur, je suis fière d’avoir mener à bien cette aventure, j’en avais besoin je crois, ça m’a permis de sortir de mon bébé-boulot-bébé, et surtout j’ai investi en bonne « mère de famille » et préparé l’avenir.

J’ai été curieuse et me suis intéressée à beaucoup de sujets de développement personnel comme la méditation, l’organisation familiale, manger mieux, bouger plus. J’ai fait du tri dans mon dressing, en vidant pas loin de la moitié de ma garde robe. Chaque pièce de la maison a été désencombrée, et je dois dire que le minimalisme fait du bien! Le moins mais mieux, dans tous les domaines, permet de se libérer l’esprit, de se recentrer sur l’essentiel et de se rendre compte de ce qui compte vraiment pour nous.

Et la conclusion de tout ça, c’est qu’il y a une chose qui est évidente: mon envie d’écrire est toujours là, et je suis contente, aujourd’hui d’avoir fait le tri dans ma vie pour lui laisser plus de place dans mon avenir proche!

 

Qu’as tu préféré de cet après-midi ?

Difficile de ne garder qu’une image en tête!

– Flotter dans l’eau chaude du jaccazzi enlacé dans tes bras

– Monter à l’étage dans les coins câlins presque vides, savourer la chaleur du sauna et ta langue sur mes tétons, tes doigts sur mon clito, m’offrant un premier orgasme

-Croiser ce couple finissant leurs ébats dont la femme s’exclame « très joli sourire » et nous dit « à plus tard » dévoilant son envie de toi

– Redescendre au bar pour profiter d’un cocktail, se deshiniber un peu et apprécier la convivialité qui se dégage de toutes les personnes réunies autour du bar.

-Sourire en te voyant sortir ton huile de massage, ton arme de séduction massive, dont l’odeur ennivrante, arrive aux narines de notre voisine déjà charmée par ton sourire, envieuse désormais de tes mains sur son corps

-Remonter m’allonger dans cette petite salle aux miroirs invitant ce couple à se joindre à nous et bientôt se retrouver avec six mains massant mon corps huileux

-Proposer à cette jolie femme blonde plus âgée de s’allonger à son tour pour apprécier les bienfaits de tes mains, de ta langue

-Caresser également  longuement son corps pour intensifier les effets de ton massage et la faire chavirer encore plus, tout en me collant  à son compagnon dont l’envie devient visible

-Continuer ces gestes sensuels envers toi ou elle tout en appréciant le plaisir prodigué par son homme venu installer son visage sous mon intimité

-Aimer l’excitation et le plaisir ressenti par chacun, les regards, les sourires, en disent long, peu importe l’âge, le physique, seul compte les attentions des uns envers les autres

-Gémir des assauts de cet homme qui me prend en levrette, entendre son plaisir tout en regardant sa femme prendre possession de ta verge pendant que ta main s’agite vivement sur son clito après l’avoir léché

– Apprécier la douceur de caresses clitoridiennes délicates post coitum en vous regardant profiter l’un de l’autre.

– Prendre le temps de savourer ce moment à quatre, d’échanger quelques mots, de sourire, de se remercier avant de passer dans la pièce d’à côté.

– S’asseoir dans la grande salle pour se reposer en regardant un couple en plein ébats tandis qu’une très belle femme seule est dans une position étrange:  agenouillée, tête  sur le sol, nous offrant une jolie vue sur sa croupe.

– Rester ou aller ailleurs? Au premier regard échangé avec cette femme, elle tend le bras vers moi pour toucher ma main… impossible de dire non à une telle invitation!

-L’embrasser, la caresser et rapidement coller ma bouche sur son clito doté d’un piercing. Entendre ses gémissements et ne pas la lâcher, diversifiant les assauts de ma langue, titiller, aspirer, parfois en apnée…

-Être 4, puis 6, puis 8, lécher, sucer, caresser,  des membres virils, des seins, des clitos.. Donner, recevoir, être prise à plusieurs reprises dans différentes positions, être léchée, doigtée, caressée. Ne plus savoir qui est avec qui mais savourer l’harmonie qui se dégage de ce long moment.

– Et puis ces échanges de sourires, ces regards bienveillants et heureux inondent la pièce. Nous faisons l’amour à huit, avec nos corps, nos yeux et nos sourires. Complices ou anonymes. Douce ivresse.

-Décider de rester encore un peu alors que tu dois partir. Envie de profiter de la magie de ce moment. Le mari de la jolie femme avec qui j’ai passé un bon moment me montre son plaisir en dessinant avec ses doigts un coeur sur mon sein. Un beau geste. Non, il n’est pas tombé amoureux mais il a comme moi et je pense chacun de nous aimer ce moment.

-Prendre longuement cette jolie femme dans mes bras et la remercier pour tout ça!

-Rester encore raconter les grandes lignes de nos histoires, et échanger nos avis sur les lieux libertins de la capitale…

– Laisser à ce joli couple resté anonyme une adresse mail comme une bouteille à la mer, pour leur donner l’opportunité  de ne pas compter uniquement sur le hasard pour se revoir , en attendant c’est aussi ce hasard qui fait la magie et la beauté de ces moments…

 

 

A mi chemin

Voilà des semaines, que je ne suis pas revenue ici, que je n’ai pas écrit le moindre mot, que j’ai laissé le récit d’un après midi d’été au sauna en suspens. Je n’ai pas raconté non plus comment j’ai aimé, à la fin de l’été, faire découvrir ce lieu de libertinage à mon mari. Et finalement me rendre compte, que j’avais beaucoup plus d’appréhensions que lui et que j’aurai dû partager ça avec lui et l’y amener plus tôt.

Le sauna est devenu ces derniers temps, le lieu de prédilection de ma vie libertine. Le mois dernier, j’y suis allée avec le premier homme que j’ai rencontré via ce blog, il y a plus de 10 ans, mon premier admirateur, mon troisième amant. Un homme que j’ai vu moins de 5 fois en dix ans, la dernière rencontre était il y a plus de 6 ans. Impressionnant de se rendre compte de tout ce qu’il s’est passé depuis que je l’ai rencontré, le mariage, les enfants, les changements de boulots et les dizaines d’amants…

Parfois je suis nostalgique de ce que j’ai été. Mais, en réalité, je suis plus heureuse et fière d’avoir vécu tout ça, et c’est quelque chose que je garde au fond de moi. La légèreté et l’insouciance que j’avais me manquent parfois. Je suis devenue plus exigeante, et ça ne rend pas les choses simples. Dans ma routine d’heureuse maman active, il est difficile de concevoir m’envoyer en l’air à l’improviste comme je pouvais le faire avant. La logistique doit être simple, les horaires de disponibilités compatibles, et l’envie être là. Alors le sauna, a été la réponse la plus simple, pour partager de beaux moments de complicités avec mon bel amant, mon mari, ou ce premier admirateur. Se détendre, profiter de l’autre, se laisser porter par l’ambiance et saisir les opportunités qui se présentent, comme elles se présentent. Essayer de ne pas se poser trop de questions, profiter des personnes qui sont là, même si elles ne correspondent pas complètement à nos critères physiques, elles ont le mérite d’être là et d’avoir envie d’un moment de partage. Il y a ceux qui se présentent avec leurs prénoms, et puis il y a les anonymes avec qui l’on baise quasiment sans dire un mot. Mais dans tous les cas, même si les échanges sont courtois, il n’y aura pas suite. C’est peut être ça aussi pour moi le lâcher prise: accepter les gens comme ils sont, prendre du plaisir en toute simplicité sans trop se poser de question, et envisager aussi les relations court terme, comme j’ai pu le faire avant.

Mais de temps en temps, en plein câlin avec mon homme, ou seule au beau milieu de la nuit, je laisse mon esprit s’évader vers mes vraies envies, et c’est toujours les mêmes images qui reviennent: des femmes, des hommes, de la séduction, de la pluralité, de la complicité, du partage, de la sensualité. Définir un cadre propice au bien être, avec des personnes de confiance, agréables, que je connais bien, qui me plaisent…

C’est ça que j’ai vu aujourd’hui dans ce cliché de @boudoirStrass envoyé par SMS par mon bel amant. Un cliché qui évoque à la fois souvenir et envie. Me voilà à mi-chemin, à la fois un peu éloigné de tout ça, mais finalement peut être pas tant que ça. Il n’y a peut être simplement qu’une main à tendre, pour qu’il se passe des choses, à condition d’accepter ce qui pourrait bien se passer, et enfin m’approcher de ce saint graal qu’est pour moi le lâcher prise.

Un après midi d’été au sauna – 1ère partie

Il fait chaud en ce jeudi après midi de liberté.  Un beau soleil, une belle journée pour retrouver mon bel amant. Par ce temps, nous pourrions nous aventurer dans la nature, mais le sauna est vraiment une valeur sûre, où nous sommes certains que nous pourrons profiter d’un moment d’intimité de qualité à deux ou plus si affinités…

L’accueil est toujours aussi chaleureux, et nous commençons à devenir des habitués reconnus par l’hôte des lieux avec qui nous avons plaisir à discuter à chaque fois qu’elle nous sert un verre au bar. Le jaccuzzi est un moment incontournable également pour se mettre dans l’ambiance et profiter des bulles et de l’eau. Puis nous prenons la direction du hammam, détente garantie. La chaleur nous oblige à sortir au bout de quelques minutes, croisant un couple qui entre en nous disant « Ah, nous venions pour vous rejoindre… » Mon bel amant leur répond: « On doit prendre une douche! »

Pendant que l’eau ruisselle sur nos corps, je glisse à l’oreille de mon amant:
« J’ai bien compris, ils venaient pour nous rejoindre? ça c’est une invitation explicite!
– Oui, on se rafraîchis un peu et on y retourne! »

Je suis un peu surprise par tant de simplicité dans l’approche mais au moins je me sens flattée, et je ne me pose pas trop de questions. Même si dans la vapeur du hammam nous n’avons fait que nous apercevoir, nous retournons dans le hammam curieux de ce qui pourrait se passer. Ils sont tous deux assis, mon bel amant se positionne à proximité de la femme et moi à côté de lui. Nous faisons les présentations. L’homme me dit : « Je crois que ma compagne aurait préféré que vous inversiez vos positions ». Soit, nous changeons, et les mains  se font rapidement baladeuses. J’aime ces caresses réciproques entre femmes, elle a la peau douce, c’est une belle femme. La situation est très excitante. Monsieur aussi commence à mettre ses mains sur moi, et s’aventure vers mon intimité alors que sa femme masse délicatement ma poitrine. Il me pénètre avec ses doigts et s’exclame de mon « étroitesse ». Ce n’est pas la première fois qu’on me fait ce genre de remarque, je pense toutefois que tout est relatif.

La chaleur ne nous permet pas de rester longtemps. En sortant du hammam, nous échangeons quelques mots et c’est l’occasion pour moi de découvrir le couple plus nettement, sans la vapeur du hammam et de distinguer la beauté de madame, très charmante, monsieur quant à lui semble bien membré, même s’ils sont plus âgés que nous, ils sont clairement physiquement à mon goût et ça me permet d’envisager une suite, sereinement.

Arrivés dans les coins câlins, il nous faut trouver le meilleur endroit pour continuer, les petites pièces ne nous semblant pas adaptées, nous nous installons dans la plus grande salle, l’espace permet plus de possibilités…

Image d’illustration. Source

Cueille la vie, avant qu’il ne soit trop tard.

Qui suis-je aujourd’hui?
Plus sure d’être toujours la même, et en même temps c’est normal, j’ai évolué et mûri au fil de mes expériences. J’ai construit la vie que je voulais, et je ne peux qu’à présent perdre les êtres qui me sont chers.
Peut-on se renouveler, se réinventer ? Puis-je encore être celle que j’ai été?
On risque probablement d’être déçu à toujours regarder derrière soi.
Mon passé a fait de moi ce que je suis, et je suis ravie d’avoir laissé ici de jolies traces d’instants volés.
Il faut l’accepter, nous ne pouvons pas être au futur ce que nous avons été au passé.
Alors vivons au présent, avec en vue, ce que nous voulons pour notre futur.

D’une pierre blanche

Voilà, des semaines, des mois, que ce blog est en veille, que ma vie libertine est en sommeil, que mes mots ne noircissent plus beaucoup ces pages.

Ce temps est toutefois nécessaire à mon épanouissement, car il n’est pas toujours évident d’appréhender son rôle de maman et qu’il est important pour moi de ne pas rater cette étape importante de ma vie de femme.

Je n’en oublie pas ce que je suis et les hommes que j’aime ou que j’ai aimé. Les folles aventures que j’ai vécu. Lilou fait partie intégrante de ce que je suis et ce n’est pas parce que je ne suis plus beaucoup ici ou sur Twitter que rien ne se passe, que tout a disparu. L’avantage de cette parenthèse, c’est qu’elle me permet de réfléchir à pleins de choses, sur ma vie professionnelle et personnelle, sur les projets qui me tiennent à cœur.

Aujourd’hui, j’ai eu une sorte de déclic, l’idée, la connexion qui me manquait jusqu’à présent pour faire de cette partie de ma vie quelque chose de plus concret, quelque chose d’utile pour moi, et pourquoi pas pour les autres. Idée à creuser, à faire grandir, à faire épanouir…

Aujourd’hui me voilà avec des envies, des projets d’écriture, et quelques idées que j’ai besoin de faire mûrir… ça va encore prendre un peu de temps, mais je reviendrais ici, assurément.

J’ai testé pour vous le Butch Cassidy d’Adrien Lastic

Ma vie de jeune maman étant bien remplie, il m’est en ce moment plus difficile de passer du temps avec un amant. Je fus donc très heureuse lorsque Ruedesplaisirs.com m’a proposé de tester  de nouveaux sextoys: de quoi pimenter ma vie intime et de couple!

Je voulais tester le fameux « Rabbit » dont parle Samantha dans « Sex and the City », mais il y avait tellement de modèles, que j’ai demandé l’avis de David de Ruedesplaisirs qui m’a conseillé le Butch Cassidy d’Adrien Lastic une marque espagnole proposant des produits d’excellente qualité.

Et en effet, en sortant le sextoy de sa boite, je découvre un emballage soigné, le fabricant a pensé à tout en proposant un petit étui blanc permettant de ranger et/ou transporter facilement le Rabbit, même si celui ci est un peu grand pour être dans un sac à main, il est très bien pour une valise quand on part en vacances.

En prenant le Butch Cassidy dans les mains je découvre un objet doux, très agréable au toucher, mettant en confiance pour la suite des réjouissances. J’ai aussitôt envie de le mettre en marche, mais je constate que les piles ne sont pas incluses. Heureusement, maintenant, j’en ai toujours à la maison pour les jouets des enfants. J’ai mis un peu de temps à mettre correctement les piles, démontant même une partie de l’objet, alors que ce n’était pas nécessaire.

Je ne sais pas pourquoi, je m’étais imaginée que la petite partie d’un rabbit qui vient contre le clitoris était quelque chose qui tournait,  je découvre que c’est surtout de la vibration, mais le Butch Cassidy est proposé avec 2 capuchons pour diversifier les sensations.

En allant plus loin dans la découverte en solitaire, je retrouve un peu les mêmes sensations que celles que je pouvais avoir avec mon précédent sextoy, avec toutefois l’avantage d’avoir une double simulation vaginale et clitoridienne et beaucoup de possibilités de variations de vibration, car on peut combiner 10 modes de vibrations différentes à 10 vitesses pouvant faire augmenter le plaisir. On n’a aucun mal à tester toutes les combinaisons possibles pour trouver celle qui nous fera atteindre des sommets!

Dans un second temps, j’ai utilisé le Butch Cassidy lors de nos ébats avec mon mari, je me suis amusée à le coller contre son boxer pour lui faire ressentir ses différentes vibrations, il a aussi pu le prendre en main pour jouer avec moi, et les sensations sont aussi très agréables lorsque l’on en a pas le contrôle…En résumé:

C’est quoi:
un vibromasseur avec 2 capuchons différents pour stimuler le clitoris, 10 modes de vibration et 10 vitesses

Où peut on le trouver:
Sur la boutique de Ruedesplaisirs.com

Combien ça coûte:
Affiché à 49,90€, il est actuellement en promotion à 39€.

Avec qui:
Surtout avec soi-même, pour les plaisirs solitaires, mais peut aussi pimenter les moments à deux.

J’ai aimé:
La sensation agréable du toucher velour
Les multitudes de variations de vibrations possibles
Un emballage de qualité, avec une pochette blanche de transport

J’ai moins aimé:
Les piles qui ne sont pas incluses
Les vibrations légèrement bruyantes qui obligent à de la discrétion afin de ne pas être surpris(e)…