A mi chemin

Voilà des semaines, que je ne suis pas revenue ici, que je n’ai pas écrit le moindre mot, que j’ai laissé le récit d’un après midi d’été au sauna en suspens. Je n’ai pas raconté non plus comment j’ai aimé, à la fin de l’été, faire découvrir ce lieu de libertinage à mon mari. Et finalement me rendre compte, que j’avais beaucoup plus d’appréhensions que lui et que j’aurai dû partager ça avec lui et l’y amener plus tôt.

Le sauna est devenu ces derniers temps, le lieu de prédilection de ma vie libertine. Le mois dernier, j’y suis allée avec le premier homme que j’ai rencontré via ce blog, il y a plus de 10 ans, mon premier admirateur, mon troisième amant. Un homme que j’ai vu moins de 5 fois en dix ans, la dernière rencontre était il y a plus de 6 ans. Impressionnant de se rendre compte de tout ce qu’il s’est passé depuis que je l’ai rencontré, le mariage, les enfants, les changements de boulots et les dizaines d’amants…

Parfois je suis nostalgique de ce que j’ai été. Mais, en réalité, je suis plus heureuse et fière d’avoir vécu tout ça, et c’est quelque chose que je garde au fond de moi. La légèreté et l’insouciance que j’avais me manquent parfois. Je suis devenue plus exigeante, et ça ne rend pas les choses simples. Dans ma routine d’heureuse maman active, il est difficile de concevoir m’envoyer en l’air à l’improviste comme je pouvais le faire avant. La logistique doit être simple, les horaires de disponibilités compatibles, et l’envie être là. Alors le sauna, a été la réponse la plus simple, pour partager de beaux moments de complicités avec mon bel amant, mon mari, ou ce premier admirateur. Se détendre, profiter de l’autre, se laisser porter par l’ambiance et saisir les opportunités qui se présentent, comme elles se présentent. Essayer de ne pas se poser trop de questions, profiter des personnes qui sont là, même si elles ne correspondent pas complètement à nos critères physiques, elles ont le mérite d’être là et d’avoir envie d’un moment de partage. Il y a ceux qui se présentent avec leurs prénoms, et puis il y a les anonymes avec qui l’on baise quasiment sans dire un mot. Mais dans tous les cas, même si les échanges sont courtois, il n’y aura pas suite. C’est peut être ça aussi pour moi le lâcher prise: accepter les gens comme ils sont, prendre du plaisir en toute simplicité sans trop se poser de question, et envisager aussi les relations court terme, comme j’ai pu le faire avant.

Mais de temps en temps, en plein câlin avec mon homme, ou seule au beau milieu de la nuit, je laisse mon esprit s’évader vers mes vraies envies, et c’est toujours les mêmes images qui reviennent: des femmes, des hommes, de la séduction, de la pluralité, de la complicité, du partage, de la sensualité. Définir un cadre propice au bien être, avec des personnes de confiance, agréables, que je connais bien, qui me plaisent…

C’est ça que j’ai vu aujourd’hui dans ce cliché de @boudoirStrass envoyé par SMS par mon bel amant. Un cliché qui évoque à la fois souvenir et envie. Me voilà à mi-chemin, à la fois un peu éloigné de tout ça, mais finalement peut être pas tant que ça. Il n’y a peut être simplement qu’une main à tendre, pour qu’il se passe des choses, à condition d’accepter ce qui pourrait bien se passer, et enfin m’approcher de ce saint graal qu’est pour moi le lâcher prise.

Un après midi d’été au sauna – 1ère partie

Il fait chaud en ce jeudi après midi de liberté.  Un beau soleil, une belle journée pour retrouver mon bel amant. Par ce temps, nous pourrions nous aventurer dans la nature, mais le sauna est vraiment une valeur sûre, où nous sommes certains que nous pourrons profiter d’un moment d’intimité de qualité à deux ou plus si affinités…

L’accueil est toujours aussi chaleureux, et nous commençons à devenir des habitués reconnus par l’hôte des lieux avec qui nous avons plaisir à discuter à chaque fois qu’elle nous sert un verre au bar. Le jaccuzzi est un moment incontournable également pour se mettre dans l’ambiance et profiter des bulles et de l’eau. Puis nous prenons la direction du hammam, détente garantie. La chaleur nous oblige à sortir au bout de quelques minutes, croisant un couple qui entre en nous disant « Ah, nous venions pour vous rejoindre… » Mon bel amant leur répond: « On doit prendre une douche! »

Pendant que l’eau ruisselle sur nos corps, je glisse à l’oreille de mon amant:
« J’ai bien compris, ils venaient pour nous rejoindre? ça c’est une invitation explicite!
– Oui, on se rafraîchis un peu et on y retourne! »

Je suis un peu surprise par tant de simplicité dans l’approche mais au moins je me sens flattée, et je ne me pose pas trop de questions. Même si dans la vapeur du hammam nous n’avons fait que nous apercevoir, nous retournons dans le hammam curieux de ce qui pourrait se passer. Ils sont tous deux assis, mon bel amant se positionne à proximité de la femme et moi à côté de lui. Nous faisons les présentations. L’homme me dit : « Je crois que ma compagne aurait préféré que vous inversiez vos positions ». Soit, nous changeons, et les mains  se font rapidement baladeuses. J’aime ces caresses réciproques entre femmes, elle a la peau douce, c’est une belle femme. La situation est très excitante. Monsieur aussi commence à mettre ses mains sur moi, et s’aventure vers mon intimité alors que sa femme masse délicatement ma poitrine. Il me pénètre avec ses doigts et s’exclame de mon « étroitesse ». Ce n’est pas la première fois qu’on me fait ce genre de remarque, je pense toutefois que tout est relatif.

La chaleur ne nous permet pas de rester longtemps. En sortant du hammam, nous échangeons quelques mots et c’est l’occasion pour moi de découvrir le couple plus nettement, sans la vapeur du hammam et de distinguer la beauté de madame, très charmante, monsieur quant à lui semble bien membré, même s’ils sont plus âgés que nous, ils sont clairement physiquement à mon goût et ça me permet d’envisager une suite, sereinement.

Arrivés dans les coins câlins, il nous faut trouver le meilleur endroit pour continuer, les petites pièces ne nous semblant pas adaptées, nous nous installons dans la plus grande salle, l’espace permet plus de possibilités…

Image d’illustration. Source

Cueille la vie, avant qu’il ne soit trop tard.

Qui suis-je aujourd’hui?
Plus sure d’être toujours la même, et en même temps c’est normal, j’ai évolué et mûri au fil de mes expériences. J’ai construit la vie que je voulais, et je ne peux qu’à présent perdre les êtres qui me sont chers.
Peut-on se renouveler, se réinventer ? Puis-je encore être celle que j’ai été?
On risque probablement d’être déçu à toujours regarder derrière soi.
Mon passé a fait de moi ce que je suis, et je suis ravie d’avoir laissé ici de jolies traces d’instants volés.
Il faut l’accepter, nous ne pouvons pas être au futur ce que nous avons été au passé.
Alors vivons au présent, avec en vue, ce que nous voulons pour notre futur.

D’une pierre blanche

Voilà, des semaines, des mois, que ce blog est en veille, que ma vie libertine est en sommeil, que mes mots ne noircissent plus beaucoup ces pages.

Ce temps est toutefois nécessaire à mon épanouissement, car il n’est pas toujours évident d’appréhender son rôle de maman et qu’il est important pour moi de ne pas rater cette étape importante de ma vie de femme.

Je n’en oublie pas ce que je suis et les hommes que j’aime ou que j’ai aimé. Les folles aventures que j’ai vécu. Lilou fait partie intégrante de ce que je suis et ce n’est pas parce que je ne suis plus beaucoup ici ou sur Twitter que rien ne se passe, que tout a disparu. L’avantage de cette parenthèse, c’est qu’elle me permet de réfléchir à pleins de choses, sur ma vie professionnelle et personnelle, sur les projets qui me tiennent à cœur.

Aujourd’hui, j’ai eu une sorte de déclic, l’idée, la connexion qui me manquait jusqu’à présent pour faire de cette partie de ma vie quelque chose de plus concret, quelque chose d’utile pour moi, et pourquoi pas pour les autres. Idée à creuser, à faire grandir, à faire épanouir…

Aujourd’hui me voilà avec des envies, des projets d’écriture, et quelques idées que j’ai besoin de faire mûrir… ça va encore prendre un peu de temps, mais je reviendrais ici, assurément.

J’ai testé pour vous le Butch Cassidy d’Adrien Lastic

Ma vie de jeune maman étant bien remplie, il m’est en ce moment plus difficile de passer du temps avec un amant. Je fus donc très heureuse lorsque Ruedesplaisirs.com m’a proposé de tester  de nouveaux sextoys: de quoi pimenter ma vie intime et de couple!

Je voulais tester le fameux « Rabbit » dont parle Samantha dans « Sex and the City », mais il y avait tellement de modèles, que j’ai demandé l’avis de David de Ruedesplaisirs qui m’a conseillé le Butch Cassidy d’Adrien Lastic une marque espagnole proposant des produits d’excellente qualité.

Et en effet, en sortant le sextoy de sa boite, je découvre un emballage soigné, le fabricant a pensé à tout en proposant un petit étui blanc permettant de ranger et/ou transporter facilement le Rabbit, même si celui ci est un peu grand pour être dans un sac à main, il est très bien pour une valise quand on part en vacances.

En prenant le Butch Cassidy dans les mains je découvre un objet doux, très agréable au toucher, mettant en confiance pour la suite des réjouissances. J’ai aussitôt envie de le mettre en marche, mais je constate que les piles ne sont pas incluses. Heureusement, maintenant, j’en ai toujours à la maison pour les jouets des enfants. J’ai mis un peu de temps à mettre correctement les piles, démontant même une partie de l’objet, alors que ce n’était pas nécessaire.

Je ne sais pas pourquoi, je m’étais imaginée que la petite partie d’un rabbit qui vient contre le clitoris était quelque chose qui tournait,  je découvre que c’est surtout de la vibration, mais le Butch Cassidy est proposé avec 2 capuchons pour diversifier les sensations.

En allant plus loin dans la découverte en solitaire, je retrouve un peu les mêmes sensations que celles que je pouvais avoir avec mon précédent sextoy, avec toutefois l’avantage d’avoir une double simulation vaginale et clitoridienne et beaucoup de possibilités de variations de vibration, car on peut combiner 10 modes de vibrations différentes à 10 vitesses pouvant faire augmenter le plaisir. On n’a aucun mal à tester toutes les combinaisons possibles pour trouver celle qui nous fera atteindre des sommets!

Dans un second temps, j’ai utilisé le Butch Cassidy lors de nos ébats avec mon mari, je me suis amusée à le coller contre son boxer pour lui faire ressentir ses différentes vibrations, il a aussi pu le prendre en main pour jouer avec moi, et les sensations sont aussi très agréables lorsque l’on en a pas le contrôle…En résumé:

C’est quoi:
un vibromasseur avec 2 capuchons différents pour stimuler le clitoris, 10 modes de vibration et 10 vitesses

Où peut on le trouver:
Sur la boutique de Ruedesplaisirs.com

Combien ça coûte:
Affiché à 49,90€, il est actuellement en promotion à 39€.

Avec qui:
Surtout avec soi-même, pour les plaisirs solitaires, mais peut aussi pimenter les moments à deux.

J’ai aimé:
La sensation agréable du toucher velour
Les multitudes de variations de vibrations possibles
Un emballage de qualité, avec une pochette blanche de transport

J’ai moins aimé:
Les piles qui ne sont pas incluses
Les vibrations légèrement bruyantes qui obligent à de la discrétion afin de ne pas être surpris(e)…

 

 

10 ans, impressionnant!

Ce mois ci, le 18 novembre, ce blog a eu 10 ans! Voilà une décennie que le personnage de Lilou fait partie de ma vie, qu’il m’a permis de rencontrer de belles personnes, de vivre des expériences que je n’aurai jamais pu imaginer. Grâce à ce blog j’ai pu partager mes photos, mes mots crus, et mes états d’âmes. Je me suis enrichie de tous ces échanges avec mes amants, amantes, lecteurs, blogueurs, photographes, followers, journalistes, adultérins, polyamoureux, libertins… J’ai vécu certaines folies, insoupçonnables aux yeux des gens qui me côtoient au quotidien. En dix ans, j’ai appris à m’accepter telle que je suis, à assumer mon corps et ses imperfections, j’ai pris confiance en moi, et ça se ressent dans d’autres aspects de ma personnalité au quotidien. Je ne remercierai jamais assez mon mari et son ouverture d’esprit. Il m’a permis d’être libertine, d’être moi même, d’être une femme heureuse et épanouie.

Ce mois ci, le 18 novembre, cela fait 4 ans que je suis tombée enceinte, et que ma vie de femme a pris une autre tournure. Longtemps, j’ai pensé que quand je serai maman, ce serait le moment de tout arrêter, et puis en fait, non, je suis restée celle que je suis. Devenir maman est l’accomplissement d’un projet de vie, la concrétisation d’un amour, la possibilité de vivre et de partager une expérience riche en émotion, de donner et de recevoir beaucoup d’amour, même si cela nous épuise, souvent.

Depuis plusieurs mois, ma vie de maman a pris le dessus. Non pas par contrainte, ou manque de temps – quoiqu’il m’est difficile d’avoir du temps pour moi, et par conséquent du temps pour les autres ou pour ce blog – mais surtout par plaisir et envie. J’ai conscience que les prochaines années vont passer très vite, plus vite que ces dix années de blog, mes enfants vont grandir à une vitesse folle, alors je ne veux pas avoir de regret, et je veux en profiter au maximum (et puis je suis un peu gaga de mes « bébés »!). Je me rends aussi compte, que c’est mon mari qui me connait le mieux et qui est le plus capable de me donner du plaisir, parfaitement comme j’aime, et à domicile en plus, alors pourquoi aller chercher ailleurs? C’est très agréable de se rendre compte qu’on est capable d’avoir toujours de nouvelles pistes à explorer tous les deux! A ce titre, je reste impressionnée par Sophie et Guillaume, qui ont leur blog depuis bien plus longtemps que moi, ils n’ont pas eu besoin d’un ailleurs, ils se suffisent à eux même, se renouvelant au sein de leur couple et parviennent à vivre leurs envies et leurs fantasmes ensemble depuis de nombreuses années.

Lilou, fait partie de moi à jamais, même si en ce moment ma vie libertine est un peu entre parenthèse, mais il y a un temps pour tout, et je reste fidèle à moi même: je suis mes envies et je profite!

Merci à vous de me lire et de me suivre depuis toutes ces années, je ne sais pas si ce blog existera toujours dans dix ans, qui vivra verra comme on dit, mais en attendant, quelle belle aventure!

NB: initialement je souhaitais écrire et publier cet article pour le 18 novembre, mais j’ai pas pu faire mieux… il y a aussi toujours ces sextoys offerts par @ruedesplaisirs dont j’aimerai vous parler plus en détail, ce sera l’objet de prochains articles…

L’embarras du choix

David de Ruedesplaisirs.com m’a envoyé un message :

« Après avoir parcouru votre blog, je me permet de vous contacter afin de vous proposer de vous envoyer un article à tester qui pourrait intéresser vos lecteurs et lectrices au sein de votre rubrique « J’ai testé pour vous ».

Vous resterez bien entendu entièrement libre dans la rédaction de votre post, et nous vous demanderons seulement d’intégrer un lien vers notre boutique ainsi que vers la fiche produit de l’article en question.

Si vous en êtes d’accord, je vous invite donc à consulter notre boutique en ligne afin que vous puissiez nous indiquer le type d’articles susceptibles de vous intéresser ou éventuellement nous laissez vous en proposer. »

Dans un premier temps, je me suis dit que je n’étais pas une testeuse de sextoys comme peuvent l’être d’autres blogueurs comme Adam de Nouveaux Plaisirs ou Palaume. Et puis, je me suis dit que ma collection de petits jouets coquins commençait à dater un peu, hormis le papillon offert par idée du désir, le reste de mes sextoys est presque aussi vieux que ce blog! C’est dire! Et puis les amants n’étant plus aussi présent dans ma vie que fut un temps, voilà une belle opportunité de pimenter autrement ma vie sexuelle!

Ce que j’ai surtout apprécié dans la proposition de David c’est d’être entièrement libre de dire ce que je pense, et c’est pour moi un élément important. Il ne restait donc plus qu’à choisir l’article en question, mais ce ne fut pas une mince affaire!

En effet, la boutique propose un large choix d’objets en tout genre, et il me fut difficile à première vue de savoir quoi sélectionner. J’ai donc demandé de l’aide à David en lui précisant que j’étais intéressée par les catégories « Rabbit » (ça c’est à cause d’Amanda dans « Sex and the City »), les stimulateurs de clitoris ou point G et les objets connectés.

Après une réponse très complète de David pour m’orienter, et comme il m’était très difficile de choisir, nous avons convenu l’envoi de deux articles dont je vous parlerai prochainement le Butch Cassidy d’Adrian Lastic et le Satisfyer Pro 2

Je suis en tout cas très heureuse qu’ils aient rejoint ma collection de petits jouets et je remercie David et RuedesPlaisirs de m’avoir permis de les tester!

 

Ces petits détails…

Une main qui s’approche, qui frôle un bout de tissu sans l’enlever. Des caresses du bout des doigts qui font frissonner dans l’obscurité. Douceur et fermeté. Des gestes appuyés qui s’interrompent au moment où on en a le plus envie. Ce jeu où même si l’on perd, on gagne du plaisir. Bien être et confidences sur l’oreiller, se dévoiler comme jamais sous les grondements de l’orage. Cœurs et corps à l’unisson pour un moment d’exception, la magie d’un début, inattendu au milieu de l’été, pour des jouissances et du bonheur en toute simplicité… Prenons tout notre temps pour en profiter!

2017-08-08 23.45.54

Je ne suis plus la libertine que j’étais

Parfois, je repense à cette légèreté, cette insouciance qui me caractérisait il y a quelques années, lorsque le libertinage m’a permis d’oser les choses les plus folles. Rencontre les yeux bandés, dans le noir, cumuler deux rendez-vous dans la même soirée, laisser un presque inconnu m’organiser un moment avec trois hommes, aller à l’autre bout de Paris portée par l’envie pour rencontrer un quasi inconnu.

Je n’ai aucun regret de tout ce que j’ai eu la chance de vivre, j’aime cette adrénaline juste avant un rendez-vous, j’adore ce relâchement des corps, cette terrible sensation de bien être et me sentir si vivante après avoir vécu un tel moment. Je ne dis pas que tout ça a complètement disparu, je pense juste que les choses ont évolués. Oui, mon rôle de maman m’accapare et me fixe des contraintes, je ne peux plus parcourir des kilomètres, rentrer tard, ou ne pas rentrer du tout, je ne peux plus improviser.

J’ai toujours suivi mes envies avec spontanéité, avec mon côté terre à terre. Au bout d’un moment, j’ai besoin de concret, et pour passer au concret il faut: être disponible et avoir un lieu à disposition permettant d’avoir de l’intimité. Heureusement, les chambres d’hôtels existent, mais il faut chercher l’hôtel, trouver un prix raisonnable, vérifier la dispo, réserver… C’est toute une logistique, possible certes, mais qui me fait de moins en moins frémir d’envie comme ça a pu être le cas par le passé.

C’est une évidence, je ne suis plus la libertine que j’étais, peut être aussi, parce qu’à chaque fois que mon homme vient glisser sa langue entre mes cuisses, je me dis que j’ai de la chance d’avoir ce plaisir à domicile, je réalise, que je peux en profiter à volonté, quand je veux, sans avoir à aller à l’autre bout de l’île de France. J’ai multiplié les amants, et pourtant, j’ai eu des plaisirs intenses, des sensations fortes, très fortes mêmes. Oui, j’ai trouvé auprès de mes amants des plaisirs que je n’ai jamais connu avec mon mari, des sensations physiques différentes, des jouissances nombreuses et variées. Seulement, les années passent, et le constat reste le même: mon désir pour lui ne s’est jamais estompé, mon plaisir n’a fait que grandir. Il n’y a que lui qui sait si parfaitement me faire jouir, exactement comme j’aime, faire l’amour avec lui, c’est juste exactement tout ce que j’aime, toujours!

Je ne suis plus la même libertine, ne signifie pas qu’il n’y aura plus jamais d’amant, parce que le libertinage est toujours pour moi un piment, un ingrédient dans notre couple, un moyen de susciter le désir de mon homme. Je ne suis plus la même libertine parce que je suis une épouse et une maman épanouie, et que je suis encore plus exigeante, car passer du temps avec un autre homme signifie sacrifier du temps avec ma famille. Certes, ça me fait le plus grand bien, parfois, de m’échapper de cette bulle familiale, mais je ne suis plus la même libertine, parce que je savoure le fait que mon mari soit mon meilleur amant.

_DSC4667

Qu’aurais tu fait à ma place?

Deux ans déjà que je les ai rencontrés.

Plus que du cul, c’est une place dans mon coeur qu’ils ont eu.

Une place dans ma vie qu’ils voulaient, une place que je leur ai donné.

Le temps est passé, des événements sont arrivés, et aujourd’hui j’avais une place dans leurs vies que je n’ai plus.

Mon bel amant, lui, n’a pas foutu le camp avec la belle au bois dormant. Il m’avait dit: « Vis ce que tu as à vivre, moi je serai toujours là »

Et il est bel et bien là, bienveillant et conquérant , toujours le coeur battant pour moi…