L’embarras du choix

David de Ruedesplaisirs.com m’a envoyé un message :

« Après avoir parcouru votre blog, je me permet de vous contacter afin de vous proposer de vous envoyer un article à tester qui pourrait intéresser vos lecteurs et lectrices au sein de votre rubrique « J’ai testé pour vous ».

Vous resterez bien entendu entièrement libre dans la rédaction de votre post, et nous vous demanderons seulement d’intégrer un lien vers notre boutique ainsi que vers la fiche produit de l’article en question.

Si vous en êtes d’accord, je vous invite donc à consulter notre boutique en ligne afin que vous puissiez nous indiquer le type d’articles susceptibles de vous intéresser ou éventuellement nous laissez vous en proposer. »

Dans un premier temps, je me suis dit que je n’étais pas une testeuse de sextoys comme peuvent l’être d’autres blogueurs comme Adam de Nouveaux Plaisirs ou Palaume. Et puis, je me suis dit que ma collection de petits jouets coquins commençait à dater un peu, hormis le papillon offert par idée du désir, le reste de mes sextoys est presque aussi vieux que ce blog! C’est dire! Et puis les amants n’étant plus aussi présent dans ma vie que fut un temps, voilà une belle opportunité de pimenter autrement ma vie sexuelle!

Ce que j’ai surtout apprécié dans la proposition de David c’est d’être entièrement libre de dire ce que je pense, et c’est pour moi un élément important. Il ne restait donc plus qu’à choisir l’article en question, mais ce ne fut pas une mince affaire!

En effet, la boutique propose un large choix d’objets en tout genre, et il me fut difficile à première vue de savoir quoi sélectionner. J’ai donc demandé de l’aide à David en lui précisant que j’étais intéressée par les catégories « Rabbit » (ça c’est à cause d’Amanda dans « Sex and the City »), les stimulateurs de clitoris ou point G et les objets connectés.

Après une réponse très complète de David pour m’orienter, et comme il m’était très difficile de choisir, nous avons convenu l’envoi de deux articles dont je vous parlerai prochainement le Butch Cassidy d’Adrian Lastic et le Satisfyer Pro 2

Je suis en tout cas très heureuse qu’ils aient rejoint ma collection de petits jouets et je remercie David et RuedesPlaisirs de m’avoir permis de les tester!

 

Ces petits détails…

Une main qui s’approche, qui frôle un bout de tissu sans l’enlever. Des caresses du bout des doigts qui font frissonner dans l’obscurité. Douceur et fermeté. Des gestes appuyés qui s’interrompent au moment où on en a le plus envie. Ce jeu où même si l’on perd, on gagne du plaisir. Bien être et confidences sur l’oreiller, se dévoiler comme jamais sous les grondements de l’orage. Cœurs et corps à l’unisson pour un moment d’exception, la magie d’un début, inattendu au milieu de l’été, pour des jouissances et du bonheur en toute simplicité… Prenons tout notre temps pour en profiter!

2017-08-08 23.45.54

Je ne suis plus la libertine que j’étais

Parfois, je repense à cette légèreté, cette insouciance qui me caractérisait il y a quelques années, lorsque le libertinage m’a permis d’oser les choses les plus folles. Rencontre les yeux bandés, dans le noir, cumuler deux rendez-vous dans la même soirée, laisser un presque inconnu m’organiser un moment avec trois hommes, aller à l’autre bout de Paris portée par l’envie pour rencontrer un quasi inconnu.

Je n’ai aucun regret de tout ce que j’ai eu la chance de vivre, j’aime cette adrénaline juste avant un rendez-vous, j’adore ce relâchement des corps, cette terrible sensation de bien être et me sentir si vivante après avoir vécu un tel moment. Je ne dis pas que tout ça a complètement disparu, je pense juste que les choses ont évolués. Oui, mon rôle de maman m’accapare et me fixe des contraintes, je ne peux plus parcourir des kilomètres, rentrer tard, ou ne pas rentrer du tout, je ne peux plus improviser.

J’ai toujours suivi mes envies avec spontanéité, avec mon côté terre à terre. Au bout d’un moment, j’ai besoin de concret, et pour passer au concret il faut: être disponible et avoir un lieu à disposition permettant d’avoir de l’intimité. Heureusement, les chambres d’hôtels existent, mais il faut chercher l’hôtel, trouver un prix raisonnable, vérifier la dispo, réserver… C’est toute une logistique, possible certes, mais qui me fait de moins en moins frémir d’envie comme ça a pu être le cas par le passé.

C’est une évidence, je ne suis plus la libertine que j’étais, peut être aussi, parce qu’à chaque fois que mon homme vient glisser sa langue entre mes cuisses, je me dis que j’ai de la chance d’avoir ce plaisir à domicile, je réalise, que je peux en profiter à volonté, quand je veux, sans avoir à aller à l’autre bout de l’île de France. J’ai multiplié les amants, et pourtant, j’ai eu des plaisirs intenses, des sensations fortes, très fortes mêmes. Oui, j’ai trouvé auprès de mes amants des plaisirs que je n’ai jamais connu avec mon mari, des sensations physiques différentes, des jouissances nombreuses et variées. Seulement, les années passent, et le constat reste le même: mon désir pour lui ne s’est jamais estompé, mon plaisir n’a fait que grandir. Il n’y a que lui qui sait si parfaitement me faire jouir, exactement comme j’aime, faire l’amour avec lui, c’est juste exactement tout ce que j’aime, toujours!

Je ne suis plus la même libertine, ne signifie pas qu’il n’y aura plus jamais d’amant, parce que le libertinage est toujours pour moi un piment, un ingrédient dans notre couple, un moyen de susciter le désir de mon homme. Je ne suis plus la même libertine parce que je suis une épouse et une maman épanouie, et que je suis encore plus exigeante, car passer du temps avec un autre homme signifie sacrifier du temps avec ma famille. Certes, ça me fait le plus grand bien, parfois, de m’échapper de cette bulle familiale, mais je ne suis plus la même libertine, parce que je savoure le fait que mon mari soit mon meilleur amant.

_DSC4667

Qu’aurais tu fait à ma place?

Deux ans déjà que je les ai rencontrés.

Plus que du cul, c’est une place dans mon coeur qu’ils ont eu.

Une place dans ma vie qu’ils voulaient, une place que je leur ai donné.

Le temps est passé, des événements sont arrivés, et aujourd’hui j’avais une place dans leurs vies que je n’ai plus.

Mon bel amant, lui, n’a pas foutu le camp avec la belle au bois dormant. Il m’avait dit: « Vis ce que tu as à vivre, moi je serai toujours là »

Et il est bel et bien là, bienveillant et conquérant , toujours le coeur battant pour moi…

Renaissance ?

C’est le dernier amant à m’avoir baisée, et cela remonte à des mois. Cela fait quelques semaines que nous ne nous sommes pas vus. Son « Et moi alors? » répondant à l’énumération de mes prochains rendez-vous, me révèle son envie de me voir. Discussion ou sexe? L’évidence ne nous laissera pas cette fois faire la part belle aux mots.

L’amie veut redevenir l’amante et se prête au jeu de répondre à la « furieuse envie de nuisette soyeuse ». La requête a le mérite de me replonger dans mes boîtes de lingerie à la recherche de ma nuisette rouge qui sera parfaite pour l’occasion. Je resserre les bretelles pour mettre mon décolleté en valeur. Tant que je suis dans mes frou frou, je choisis un joli boxer noir, des bas et des chaussures à talons qui donnent à toute femme une cambrure sexy. Il ne me reste plus qu’à remettre ma veste noire pour parfaire ma tenue.  Je me regarde dans le miroir et me sens sexy. Un maquillage marqué viendrait sublimer le portrait de la libertine, mais il me reste encore à apprendre à bien le faire et je manque de temps, un coup de mascara ira pour cette fois.

DSC05596

Mon homme m’appelle alors que mon amant est sur le point d’arriver. La porte s’ouvre, et au lieu d’être déconcerté par ma conversation avec mon mari, mon prétendant se colle contre mon dos et laisse courir ses mains sur la soie vers ma poitrine et mes fesses… Je raccroche tout en sachant que mon homme se réjouit de la situation. Mon plaisir: attiser ses sens avec un petit sms.

screenshot_2017-03-07-21-30-51-1.png

Le « Tu es bandante » murmuré à mon oreille me rassure. La suite est torride, ma jouissance intense, ses assauts aussi. L’un de nos meilleurs moments sexe, marqué par un « Tu m’as manqué » un « Refais moi ce sourire » et un « Regarde-moi » juste avant de jouir comme s’il cherchait quelque chose en moi.

Et oui, il y a longtemps, nous avions fait l’amour avec les yeux, et je pouvais le faire jouir avec mes mots mais l’homme qui m’a aimé aujourd’hui n’existe plus, et peut être que l’amoureuse a elle aussi laisser la place à la simple amante. Après tout, le plaisir est au rendez-vous, ça fait un bien fou et c’est l’essentiel, le reste, on s’en fout, non?

Tête, coeur et cul


Étrange sensation de réaliser que ma vie libertine « ce n’est plus ce que c’était ». Je ne dirais pas forcément que « c’était mieux avant », mais en cette période moins coquine, les réflexions sont nombreuses et les constats éloquents:

-On me perçoit comme inaccessible, en réalité, je suis surtout très exigeante sur la qualité de mes amants qui doivent me plaire physiquement et intellectuellement

-J’ai laissé mon coeur vibrer et prendre le dessus parfois, mais c’est inéluctable la passion ne dure qu’un temps

-Je donne beaucoup d’importance à l’état d’esprit, aux états d’âme, et je me pose beaucoup (trop) de questions, quitte à mettre au second plan l’aspect physique qui devrait pourtant être le point central d’une relation libertine

-J’ai du mal avec le lâcher prise, qui fait pourtant tant de bien.

Je ne pourrais pas dire que mes derniers moments avec mes amants ont été très « sexe », d’autre part mon mari aime avoir nos bébés à proximité, ce qui impacte temporairement notre intimité. Bref, me voilà avec ma tête, mon coeur et mon cul à me questionner sur ma capacité à plaire de nouveau. Je me dis que si je venais à rencontrer l’un de mes lecteurs, en l’état actuel des choses, je ne serais peut être pas à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’une blogueuse sexy.

Je crois que j’ai simplement besoin de sexe pour du sexe pour remédier à tout ça, essayer de mettre de côté tous les autres aspects pour retrouver l’insouciance et la légèreté qui rendent la liberté si délicieuse.

Être une libertine qui ne baise pas est un comble.

Mais je crois que je vais rester fidèle à moi même, me laisser porter par l’envie et la règle du « Fuck yes« , se fier à cette étincelle qui m’a toujours guidée. Après tout depuis toutes ces années, c’est toujours la même chose: « Je ne cherche pas, je trouve », le privilège d’être une femme, de savoir ce que je ne veux pas (plus facile que de savoir ce que je veux) et connaître le pouvoir des mots.

Belle nouvelle année

2016 a été pour moi  une très belle année avec l’arrivée de mon deuxième enfant. Me voilà une femme comblée et épanouie. Je l’étais déjà, mais cette fois j’ai la sensation d’avoir atteint mon objectif. Voilà, ma famille au complet, il ne me reste plus qu’à savourer mon rôle de maman ces, au moins, vingt prochaines années!

Forcément, moins de temps à consacrer à ce blog, car ma vie de couple et de famille m’a apporté tout ce dont j’avais besoin. Oui, je suis toujours libertine, et mon homme aime lorsque je lui dis que j’ai pu voir un amant, mais ce que je vis avec eux, j’ai plus envie de le garder pour moi que de le partager ici. Peut être parce que  ce qui est le plus précieux ne se raconte pas.

CukMle7XEAAurJS

J’aurai probablement un jour de nouveau envie d’écrire, mais j’ai encore quelques projets à mener à bien, notamment concernant ma vie professionnelle. Si j’arrive à atteindre mes objectifs aussi sur ce plan là au cours de l’année 2017, je pourrai peut être un jour, je l’espère avoir plus de temps pour l’écriture. En tout cas, il me reste des choses à écrire c’est certain, et peut être comme pour ma nouvelle, sur des formats plus long qu’un simple billet de blog. Ce blog fêtera ses 10 ans en 2017 et grâce à lui j’ai vécu probablement mes plus belles histoires. C’est l’une de mes plus belles aventure, celle qui m’a permis d’avoir confiance en moi et qui a des répercussions sur bien d’autres aspects de ma personnalité et de ma vie. Je vous remercie de continuer de me suivre depuis toutes ces années, que 2017 vous fasse vivre de beaux moments.

Personnellement, je ne veux qu’une chose: profiter en toute simplicité de ces petits êtres merveilleux que j’ai eu la chance de mettre au monde et de leur papa, et si de temps en temps, il y a un peu de piment dans tout ça, pourquoi pas…

Maman bis

C’est impressionnant comment c’est pareil et différent. On passe d’un poids plume, à un grand bébé en quelques secondes. On essaie de garder du temps et des câlins pour le plus grand. On partage son temps, mais on ne divise pas son amour, bien au contraire, on redouble de « Je t’aime »: mon aîné est tellement un chouette grand frère!

dsc04785-001

Tout va plus vite aussi, on ne découvre plus, on sait déjà ce que c’est qu’être parents. On fait fit des commentaires et recommandations de notre entourage, on fait comme on le sent, même si ça veut parfois dire finir à quatre dans un lit et avoir moins de place pour nous. On profite tout simplement, parce qu’on sait que ces instants ne dureront pas, qu’en grandissant, ils ne voudront peut être plus faire autant de câlins à leurs parents. On vit d’amour tout simplement. Pas beaucoup de place pour le libertinage pour l’instant…

Eve de Candaulie est une femme formidable !

J’ai été invitée à différentes soirées sur le thème du libertinage, mais longtemps, je n’ai pas osé accepter, n’étant pas prête à assumer au grand jour mon statut de libertine. Puis un jour, je reçois l’invitation d’Adam de Nouveaux Plaisirs pour un apéro « CULture ». Savoir que, comme moi, les invités blogueurs partagent aussi leurs univers sur le net m’incite à franchir le pas à visage découvert, en outre la présence de quelques personnes que je connais déjà me rassure.

Me voilà donc, ce soir de décembre, au sous sol du 153, à me jeter dans le grand bain des libertins. Lorsque l’Aristochatte et Eve de Candaulie viennent se présenter, j’hésite un instant, je commence par donner mon prénom avant de timidement révéler que je suis Lilou. Je suis impressionnée par ces femmes très abordables qui, chacune à leur façon, assument complètement leur sex appeal et leurs féminités par des tenues provocantes très sexys.

J’ai l’occasion d’apercevoir la jolie Eve à plusieurs reprises les mois qui suivent, lors des apéros organisés par monsieur Chapeau, souriant en janvier de la voir finir une soirée en club avec un homme que j’ai connu il y a quelques années, et impressionnée devant des tenues chaque mois plus belles et provocantes les unes que les autres. Elle est un personnage qui m’impressionne, j’admire sa facilité à assumer son côté sexy, j’ai très envie d’aller lui parler, mais l’occasion ne se présente pas.

Puis, en mai, je la vois installée sur une chaise à proximité. C’est l’opportunité que j’attendais pour faire plus ample connaissance. Je découvre une femme qui a bien plus de points communs avec moi que je l’imaginai. Timide au départ, c’est son mari qui lui a acheté ses premières tenues sexy et maintenant elle se sent très à l’aise avec son corps et n’hésite pas à faire des photos ou des exhibs. « J’aime beaucoup cette façon qu’il a de me sublimer ». Nous voilà, entre jeune et future maman à parler de tenues sexys, de maris candaulistes, ou encore de plaisir et bien être pendant la grossesse. Eve me donne de nombreux conseils  sur les activités que l’on peut faire pendant cette période si particulière de la vie d’une femme.

Je sais qu’elle a aussi eu l’occasion de publier un livre, je suis curieuse de recueillir son retour d’expérience sur l’aventure, c’est l’occasion pour elle de me parler de son projet en cours. Nous convenons de nous revoir toutes les deux pour parler plus tranquillement.

L’été passé, nous tenons parole. Le temps d’un déjeuner dans une brasserie, je suis ravie de lui en dire un peu plus sur moi et de l’écouter me raconter, tout naturellement et sans l’artifice de ses tenues provocantes, comment son mari a pour habitude d’organiser leurs soirées libertines et comment elle ose sortir sans lui accompagnée d’une amante ou d’un amant. Quelques jours plus tôt elle m’a envoyé son deuxième roman « L’infidélité promise », je n’ai pu que le parcourir rapidement et m’en excuse. Eve m’offre alors le privilège de quelques confidences de vive voix. « Ce livre, c’est un an de ma vie, ce que je ne raconte pas sur mon blog. J’y révèle comment, lors d’une soirée libertine un peu particulière, j’ai rencontré un homme dont je suis tombée amoureuse ».  Et me voilà, encore un point commun avec elle.

infidelite-promise_couv

Eve, c’est un personnage qui me semblait à des années lumières de ce que je suis, mais plus j’apprends à la connaitre, et plus je me rends compte, qu’il y a beaucoup de similitudes dans nos expériences et nos vies libertines. Nous n’avons peut être pas procédé de la même façon ni dans le même ordre, mais elle montre un parfait exemple de combien on peut être, même sans une plastique parfaite, sublime, épanouie et libertine assumée. Et qui sait, peut être un jour, j’oserai moi aussi assumer pleinement mon libertinage, être très maquillée et porter une tenue hyper provocante et sexy…

103-m_big

Le blog de Eve de Candaulie: http://evedecandaulie.fr/

Son deuxième roman « L’infidélité promise »: http://www.tabou-editions.com/romans-nouvelles/451-l-infidelite-promise-9782363260505.html