Archives de catégorie : nue

À poil

Quand on est libertine, il arrive régulièrement de se mettre à nu, pas seulement en dévoilant sur un blog ses pensées les plus intimes, mais littéralement, en se déshabillant et en se retrouvant « à poil« . Dévoiler son corps, c’est montrer qui on est, sans artifice, sans tricherie. La nudité c’est se confronter à sa chair, à ce que l’on est intrinsèquement, avec ses fiertés ou ses complexes. Se montrer nu(e) c’est quelque part, raconter son histoire en laissant apparaître les marques du temps, les cicatrices ou autres éventuelles fantaisies.

C’est aussi accepter et assumer qui on est, afficher ses choix, ses préférences esthétiques pour un type d’épilation ou non. Et en terme de « poil« , à proprement parlé, paradoxalement,  je trouve très désagréable l’indiscrétion de l’esthéticienne lorsque l’on entre dans un institut de beauté: « Et le maillot? Normal, échancré, sexy ou intégral? ». Je ne suis pas très pudique, mais la question est intime, et je n’ai pas spécialement envie que toutes les femmes présentes dans l’institut de beauté,  certes probablement là pour la même chose, sachent quelle « coupe » j’ai choisi pour mon minou !

Alors après deux ans d’heures passées dans des cabines, de souffrance à chaque bandelette de cire arrachée, j’ai décidé de me réconcilier avec mon rasoir. Certes celui-ci ne rend pas la peau aussi soyeuse qu’une épilation à la cire et son usage doit être plus fréquent, mais c’est un gain de temps, d’argent et de la douleur épargnée. C’est aussi propice à plus de liberté, car je n’ai plus à me demander où en sera mon épilation à chaque fois que je veux fixer un rendez-vous coquin. Et pour les éventuelles entrevues de dernière minute, soit je m’enferme dans les toilettes avec mon copain rasoir au fond du sac; soit je préviens que ce n’est pas parfait, et qu’il faut faire avec ! Que je sache le poil n’est en rien un frein au plaisir !

Et en ce qui concerne mes choix en matière de poil, et de « coupe » pour mon intimité, je n’ai jamais été partisane de l’intégrale. Les deux seules fois où j’ai tenté l’expérience, j’ai eu l’impression d’être une petite fille, et qu’il me manquait quelque chose. J’entretiens, plus ou moins selon les rendez vous ou les envies. Ma préférence va pour laisser un petit rectangle plus ou moins taillé, plus large qu’un « ticket de métro ».
Quant à ceux qui exigent un style particulier, ils peuvent être les meilleurs amants du monde, s’ils me privent de ma liberté, c’est: No way!

p1050799-1

Noeud après noeud…

Il m’a promis une surprise, elle est dissimulée dans son manteau: une longue corde blanche pour jouer avec moi. Patiemment il a commencé à passer la corde autour de mon cou, entre mes seins, mes jambes, dans mon dos, à chaque fois en faisant des nœuds pour que la corde reste en place, petit à petit, je me sens très sexy dans cette petite tenue inédite. Doucement, docile, c’est avec plaisir que je le laisse m’entraver les pieds et les mains, faisant de moi un peu plus sa chose à chaque passage de la corde dans une boucle. Il peut faire de moi tout ce qu’il veut. Il sait ce qu’il fait. Me voilà, dans une situation bien excitante,  pieds et mains liés, à sa disposition, offerte en toute confiance. Qu’il est savoureux d’être ainsi l’objet de plaisir de son délicat et respectueux amant…

DSC06062

L’heure du bilan?

Comme chaque fin d’année, on dit au revoir aux 12 mois qui viennent de s’écouler en ayant une pensée pour tous ces moments passés. 2010 aura été pour moi une année de transition, de remise en question, mais aussi de concrétisation! Une nouvelle maison, des ambitions. Ma vie se construit petit à petit, et j’aime y mêler quelques coquineries. De beaux moments marquants, d’intenses ébats sous les draps, de délicieux mélanges de complicité, de sourires, de désir et de plaisir partagés. Et cet homme dans ma vie, qui m’apporte de nombreux petits bonheurs et qui fait de moi une femme épanouie…

Lilou en hibernation?

Voilà quelques semaines que ce blog est au ralenti, les articles se font rares. Je suis en réalité bien occupée, entre le travail, les travaux et le froid qui s’installe. Lilou n’est plus qu’un reflet dans le miroir. Les envies et les coquineries sont bien là, mais je manque de temps pour venir les écrire ici. Il faudra donc patienter un peu, mais c’est certain je reviendrai…

Exhibitionniste?

On me demande parfois, ce que je ressens à montrer des photos de moi nue sur Internet. Comme si la seule chose qui importait à mes yeux était de susciter la réaction de l’autre, une excitation, un émoi. Qu’est-ce qui peut motiver une jeune femme à se dévoiler ainsi?

A vrai dire, je ne me suis jamais montrer nue devant une personne dans le but de l’aguicher ou de l’allumer. Et je ne suis pas toute excitée à l’idée que des internautes puissent se donner du plaisir à la vue de mes clichés. Parfois même au contraire, j’essais d’en faire abstraction, car la nudité, à mes yeux, n’est pas uniquement liée à la sexualité.

J’assimile la nudité à une certaine idée esthétique, comme si le corps était un objet artistique. Je ne suis pas une oeuvre d’art, mais par la photo, je recherche une certaine idée de la beauté. Capter, un instant, une lumière, une émotion. Mettre mon corps ainsi en scène me renvoie une autre image de moi même, et c’est alors impressionnant comment le résultat peut ainsi aider à se sentir jolie.

Sans être naturiste ou exhibitionniste, la nudité, me semble parfois naturelle, notamment lorsque je suis à la maison en sortant de la douche, je me rends à peine compte qu’il suffit à ces passants de lever la tête pour me surprendre dans le plus simple appareil. Je ne suis pas de nature très pudique, sauf lorsqu’il s’agit de s’exposer aux regards de mes amis ou collègues de travail. Comme si j’avais peur par cette nudité, de leur dévoiler réellement ce que je suis.

Car être nue, c’est finalement, être soit même. Se réveler tel que l’on est, sans tricher. Se montrer nue, c’est assumer ce que l’on est, avec ses forces et ses faiblesses, c’est dévoiler, ses craintes, ses pensées, ses envies. C’est laisser percevoir son âme.