Archives de catégorie : Plaisirs

Nous libertines

Je la retrouve après le travail près de mon bureau, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vues et nous avons beaucoup de choses à nous raconter. Sa dernière rencontre n’est autre que l’homme dont je lui avais parlé quelques mois plus tôt, avec qui j’ai passé 2 nuits. Elle me révèle qu’en quelques semaines elle l’a déjà vu beaucoup plus que ça. Nous nous étions pourtant jurées d’éviter de fréquenter le même homme, mais nous en rions, qu’importe, la relation que nous avons chacune avec lui est essentiellement basée sur le plaisir et rien d’autre.

Au moment de choisir une table,  les restaurants sont pris d’assaut, nous envisageons de patienter pour l’un d’entre eux, mais l’envie de retrouver nos hommes pas trop tard nous incite à prendre de la vente à emporter.
Nous nous installons sur les marches mangeant nos sandwichs en contemplant le coucher de soleil. Elle me parle des temps forts de sa nouvelle relation, de ses envies coquines, évoque un éventuel trio avec une autre femme. La question me brûle les lèvres, surtout depuis que nous avons timidement échangé quelques baisers et douces caresses: « Pourrais tu l’envisager avec moi? ». La réponse est évidente. Son téléphone vibre, c’est l’homme dont nous parlons depuis le début de la soirée. Elle l’informe que nous sommes ensemble, aussitôt il appelle: « J’ai tout ce qu’il faut dans le frigo, si vous voulez dans 20 minutes on peut être tous ensemble chez moi autour d’un cocktail? »

image

Nous avons toutes les deux pris l’habitude d’être spontanées et de répondre à des sollicitations d’un amant à la dernière minute pour suivre nos envies. C’est toutefois intrigant, perturbant, excitant et inédit de devoir prendre une décision ENSEMBLE!

Les questions logistiques se chamboulent dans nos têtes, nous avions l’intention de rentrer tôt, vu l’heure et le lieu, outre l’intimité induite,  y aller implique de rester dormir. Elle est en deux roues, moi en transport. Je n’ai pas de tenue de rechange pour le lendemain, je ne suis pas épilée et mes règles se terminent tout juste: clairement les conditions ne sont pas favorables. Peut être faudrait il planifier ça pour une prochaine fois, mais quand? L’impression d’un « Ce soir ou jamais!  »
Il nous faut prendre rapidement une décision, partagées entre appréhension et envie nous voilà incapables de trancher, le plus simple est de nous en remettre à l’avis de nos chéris. Nous appelons chacune notre moitié: « Ça ne te dérange pas si je ne rentre pas ce soir? » Nous obtenons facilement leur aval, chacune consciente de notre chance et de notre situation privilégiée.

Pour une fois, nous n’aurons pas besoin de nous raconter notre soirée, désormais, plus rien ne nous empêche de poursuivre ensemble notre vie libertine.

Detox

Oh toi, mon petit carré de chocolat, j’ai souvent dit que tu serais la petite faiblesse qui me perdra.  J’aime t’avoir en bouche, te laisser fondre sous ma langue, me délecter de tes saveurs. Je t’adore, avec tes goûts si raffinés, et si je m’écoutais je te dégusterai sans modération. Mais, il faut se rendre à l’évidence, il est dangereux pour moi de continuer sur cette voie. Je suis accroc, je m’en rends compte, mon corps te réclame mais si l’on regarde sur la balance, il y a aujourd’hui un déséquilibre. Je crois qu’il est venu le temps de m’éloigner de toi, essayer de maîtriser mes envies, résister à la tentation, même s’il n’est pas simple pour l’épicurienne que je suis de se sevrer de toi. Pour mon bien-être, mon équilibre, je préfère aujourd’hui privilégier d’autres saveurs, croquer dans les fruits qui n’ont rien de défendu, l’été m’offre sa pêche si juteuse, je vais m’en délecter. Mais ne t’inquiète pas, petit carré de chocolat, tu resteras mon pécher mignon, ce n’est pas un adieu, je prends juste un peu de distance, le temps de me sentir mieux, et lorsque l’équilibre sera rétabli, alors je sais que je pourrais de nouveau de temps en temps avoir le plaisir de te retrouver, pour peut être mieux te déguster, parce que d’une certaine façon, je crois que je t’aimerai toujours.

Bien être dans un spa

Les vacances c’est toujours le moment idéal pour se détendre, et ça l’est d’autant plus lorsque l’on a la chance de bénéficier de bains à remous, massages et accès libre au spa. Le corps se relâche et les pensées s’évadent. Voilà des jours qu’ayant choisi de partir une semaine à l’étranger avec ma maman, je suis abstinente, et que je suis dans l’obligation de contenir mes envies. J’ai une demi heure à patienter, et je décide de m’installer sur une de ces chaises longues en céramique bleue, je réalise que les petits carreaux dégagent de la chaleur, et me laisse agréablement envahir par celle-ci. Alors que la masseuse, vient de parcourir mon corps de ses mains, ce moment de détente vient complètement me vider la tête, mais aussi me donne envie d’un moment de plaisir. Il y a quelques personnes dans le spa, je ne peux envisager me caresser en public, même si je suis dans un endroit discret. Toutefois mon envie est forte, et je sens déjà l’excitation envahir mon bas ventre. Cette chaleur est délicieuse, et mon état d’esprit des plus coquins. Je croise alors mes jambes et contracte mes muscles, le plaisir commence à m’envahir. Je retiens ma respiration et repense à ces intenses moments libertins que j’ai eu l’occasion de vivre ces derniers jours. Qu’il fut délicieux de s’abandonner ainsi, de perdre la raison, de laisser le plaisir m’enivrer sans retenue. Que je suis impatiente de retrouver mon homme, et toutes ces folies qui m’attendent à mon retour, je veux qu’on me fasse l’amour avec passion, qu’on me baise sans modération.

A défaut de pouvoir glisser mon majeur dans ma fente humide, je contracte mon périnée, encore et encore, sentant l’afflux sanguin gonfler mon clitoris. De ma main gauche je titille discrètement mon téton,  tandis que mes jambes croisées et de micros mouvements de bassins à peine perceptibles m’aident à canaliser mon énergie sur mon bas ventre. La chaleur provenant de la chaise est délicieuse. J’ai très envie de mettre fin à cet intense désir qui m’envahis de la façon la plus radicale qui soit, mais je ne peux me caresser avec ces quelques personnes à quelques mètres. De toute façon, mon état d’esprit est tel, que je sais qu’il ne faut pas grand chose pour aller au bout. Je décide alors de prendre mon temps, d’ignorer les personnes qui sont si près de moi, elles ne peuvent se rendre compte de cette chaleur et de ce plaisir qui m’envahissent. J’ai trop envie, tellement que je me contracte de plus en plus, je retiens ma respiration, j’imagine me faire prendre dans toutes les positions, j’adore maîtriser cette tension qui s’empare de mon corps et de mon esprit pour bientôt me faire trembler et atteindre un discret orgasme, sans même que mon doigt ait pu constater mon humidité.

Avant ce moment, je n’aurai pas pensé qu’une telle chose était possible, avant ce moment, j’aurai pu écrire un post intitulé « Lilou n’a pas l’orgasme facile ». Mais voilà, le lendemain, j’ai recommencé, et une seconde fois, j’ai atteins ce moment d’intense satisfaction et de relâchement. Ce jour là, j’ai trouvé la clé qui a mène mon corps et mon esprit sur le chemin du plaisir et du lâcher prise. Depuis, je dois dire que  je savoure encore plus ma vie libertine!

Vous avez dit candaulisme?

C’est en tombant par hasard sur un blog érotique que j’ai découvert le terme « candaulisme »: le fait de prendre du plaisir à voir ou savoir son partenaire avec un(e) autre! Il se trouve que c’est exactement ce qui caractérise l’attitude de mon homme et il s’agit d’une pratique que nous avions avant même de savoir qu’il y avait un mot pour cela!

A ce sujet, je vous propose de découvrir le récit que j’ai reçu de l’un de mes fidèles lecteur, en réaction à mon post « En mai fais ce qu’il te plait »,

« Bonjour Lilou
Comme j’aurais aimé être à la place de ton homme quand tu lui racontes tes aventures galantes.

J’ai eu une amante comme toi qui adorait me dire tout bas à l’oreille les aventures qu’elle avait avec d’autres hommes… cela me rendait fou de désir pour elle et m’excitait terriblement.
Je l’imaginais dans les bras d’un autre… sa bouche sur une autre queue que la mienne, sa chatte caressée, léchée, pénétrée par d’autres que moi…
Elle a fini par accéder à mes désirs et j’ai pu la voir se faire prendre par un autre homme…
La première fois j’étais caché dans la pièce d’à coté et je pouvais les voir par la porte entrouverte… j’ai joui comme un fou et elle aussi… elle m’avait dit que le fait de savoir que je la regardais se faire prendre comme une vraie petite salope l’avais excité comme jamais…
La deuxième fois j’étais juste à coté d’elle… je pouvais voir sa bouche coulisser sur la queue de cet homme… ses doigts à lui s’enfoncer dans ce sexe adoré…
J’ai vu cette queue écarter les lèvres de sa chatte et la défoncer… elle était luisante de sa mouille… blanche tellement elle coulait sur ce sexe qui la baisait… je me branlait à leurs cotés… et nos plaisirs se sont mélangés… quel plaisir fou… l’homme parti nous avons baisé comme des dingues… exités l’un et l’autre comme des fous par ses images qui nous hantaient…
Je te souhaite de vivre un moment pareil avec ton amoureux… j’en ai gardé des souvenirs extraordinaires…
Baisers coquins.. »

Je reçois régulièrement dans ma boite mail de beaux messages, et je n’ai malheureusement pas toujours eu le temps d’y répondre comme j’aurai aimé, je tiens en tout cas à remercier toutes ces personnes qui prennent la peine de m’écrire, ça me touche toujours beaucoup! Et merci à mon fidèle lecteur qui se reconnaitra!