Archives de catégorie : Récits coquins

Soirée épicée

Une première rencontre entre deux personnes est toujours un moment particulier.  Il y a une petite poussée d’adrénaline, l’envie de plaire, d’être à la hauteur de cette nouvelle situation. Prendre possession de la chambre d’hôtel, juste avant, s’accorder un premier moment de plaisir en souriant de voir tout près les TGV passer.

Comme souhaité je me suis apprêtée, mon corps a été enduit d’huile parfumée, son choix s’est porté sur des dessous rouge et noir, une robe moulante trop sexy pour que j’ose la porter au bureau, et des talons hauts qui rendent toute femme désirable. Un peu de fond de teint, du fard à paupières, du mascara et un peu de rose léger sur mes lèvres, j’aime, les yeux dans le miroir me faire toute belle. Puis, nous nous retrouvons autour d’un verre sur une terrasse. Je suis complimentée pour ma tenue. Je me sens très féminine, très bien dans ma peau, j’assume comme rarement j’ose mon sex appeal, je suis ravie d’être là, et j’adore les perspectives de cette soirée.

Vient le temps de faire plus ample connaissance, les mots, les sourires, les regards se font intenses. Chacun s’affirme, cherche sa place. Lequel des deux aura le dernier mot? Il est encore tôt pour le dire, mais je sais déjà qu’à un moment donné, j’aurai les mains liées. Tour à tour chacun prend la parole, se jauge. J’observe, j’aime ma position. Nous prenons la direction du restaurant, étape indispensable pour prendre le temps de mieux cerner qui nous sommes et nos envies. Cet entre deux, autour d’un cocktail et de plats légèrement épicés est un délicieux préliminaire, où regards intenses et mains baladeuses s’alternent et en disent longs sur les intentions coquines. J’aime ce baiser furtif rapidement déposé sur mes lèvres malgré les personnes en présence, ses douces caresses sous la table et notre fou rire lorsque nous nous rendons compte que nos sujets coquins arrivent jusqu’aux oreilles de la table voisine. Peu nous importe à vrai dire si l’issue coquine de notre soirée est visible aux yeux de tous.

Lorsque nous arrivons dans la chambre ornée de jolies poutres, mes vêtements tombent doucement. Nos baisers sont moins timides, ses mains douces parcourent mon corps. Il observe. Bientôt me voilà allongée sur le lit, nue, me laissant emportée par son désir de domination. Je suis priée de lui tendre mes poignets pour qu’ils soient liés. Je ferme les yeux, m’abandonne au plaisir, je vibre et je gémis…

Lorsque je reprends mes esprits, je vois les poutres du plafond, elle à ma gauche, lui à ma droite, ils s’embrassent. Même s’ ils se tiennent tête depuis le début de la soirée pour mener le jeu, les voilà à l’unisson pour mon plaisir…

J’adore être spectatrice de leur rencontre intellectuelle et charnelle. Mes mains s’invitent encore nouées sur leurs corps. Le jeu à trois continue.  On me délivre de mes liens, pour mieux pouvoir prodiguer mes caresses. J’aime ces complicités mêlées qui se tissent et se mélangent. Elle est belle, plus encore quand elle joui. Lui le regard intense n’a d’envie que notre plaisir. Nous rirons, partagerons nos expériences et nos jouissances jusqu’à près de deux heures du matin, au grand désespoir de nos voisins de chambre.

J’ai adoré cette soirée pleine de charme, de surprise et de plaisir!

wpid-wp-1434403204808.jpeg

A l’improviste

Je quitte le bureau pour une fois de bonne heure, il fait beau et je me sens sexy dans ma nouvelle petite robe rouge et noir, je l’appelle pour l’informer que s’il le souhaite je peux passer le voir. Il accepte. A peine une demi-heure plus tard je suis devant sa porte. En entrant je m’excuse de ma spontanéité, il m’accueille avec baisers et caresses et me propose de s’installer sur le canapé. Je me met à califourchon sur lui pour l’embrasser,le caresser à travers son pantalon… Il est terriblement excité, bientôt son pantalon tombe, libérant sa longue queue, que je peux désormais savourer. Ma bouche prend possession de sa virilité, ma langue joue autour de son gland. J’adore l’entendre gémir de plaisir, j’en profite ! Après de longues minutes à le déguster, il m’embrasse comme pour me remercier et titille mes tétons en glissant ses doigts sur ma culotte. J’ôte robe, soutien gorge, et garde ma culotte rouge, assortie à la couleur de ma robe! Je profite de sa main sur mon intimité, sa langue sur mon téton droit tandis que sa dernière main titille mon téton gauche. C’est délicieux et terriblement excitant!

Nous prenons alors la direction de la chambre pour mieux profiter de ce corps à corps. Il vient se coller contre mes fesses, je sens son sexe venir caresser avec délice mon humidité. Ma petite culotte rouge tombe, je m’allonge sur le lit. Il commence à me lécher avec gourmandise, je lui suggère de se mettre dans l’autre sens pour l’avoir en bouche en même temps! J’aime faire durer ces 69… Sa langue frétille ou insiste plus particulièrement sur mon clito pour me faire vibrer. Je jouis une première fois, ne pouvant retenir mes spasmes et cris de plaisir, et le reprend en bouche, alors qu’il continue à laper ma chatte avec gourmandise. J’aime son engouement à me lécher ainsi, il y prend du plaisir, ça se sens, et ça renforce l’excitation et le plaisir qu’il me procure! Nous faisons durer ces préliminaires encore et encore, je hurle lorsque le deuxième orgasme arrive. J’ai envie de lui, de le sentir en moi. Il se pare d’un préservatif mais dans le même temps colle sa bouche sur mon clito pour me lécher encore. Je n’en peux plus, je le réclame.

Il se met face à moi et me pénètre. D’abord en douceur puis un peu plus vigoureusement. J’aime le sentir en moi, sa longue queue va au plus profond de mes entrailles, au point que c’est parfois à la limite de la douleur, mais le plaisir est si intense. Je ne peux me retenir de crier lorsque ses assauts se font plus insistants. Nous varions les positions et les plaisirs. J’adore le voir se pincer les lèvres et fermer les yeux, alterner les rythmes, il semble prendre son pied. Malgré sa fatigue de la journée il trouve des ressources pour me baiser avec fougue. Il me prend encore et encore, tellement que je comprends qu’il mettra du temps à jouir cette fois ! Il s’allonge alors sur le dos et m’invite à m’empaler sur lui, nous baisons avec vigueur. Il s’excuse presque de ne pas être en mesure de jouir. Je lui souris, ravie de pouvoir profiter de lui plus longtemps. Avant qu’il ne s’épuise je lui propose un peu de douceur m’allongeant à ses côtés ôtant le préservatif et le prenant en bouche… Je profite encore de lui un bon moment avant de l’inviter à jouir sur mon corps, il se branle avec vigueur, je l’accompagne en me caressant: « Je veux te voir gicler, c’est si beau la jouissance d’un homme » Il redouble d’énergie avant d’enfin exploser sur moi en m’offrant de magnifiques jets. Nous nous lovons l’un contre l’autre pour reprendre nos esprits et profiter des bienfaits de ces plaisirs intenses offert par la spontanéité…

En voiture

DSC06062

C’est une chaude soirée de la fin de l’été. Nous avons très envie de nous voir, mais mon amant héberge sa sœur pour quelques jours, il nous faut donc innover. En arrivant en bas de chez lui, au lieu de me garer comme j’en ai l’habitude, je l’accueille comme passager de la voiture de mon chéri. « Où allons-nous? »  Il me répond: « Il parait qu’il y a un parking tranquille près de chez toi? » Il a apprécié la série de photo que j’ai réalisé quelques semaines plus tôt en ces lieux. Je reprends donc la direction de la maison. Quinze minutes plus tard, nous voilà garés dans le petit parking souterrain juste à côté du supermarché où j’ai l’habitude de faire mes courses, il est 21h30, il n’y a personne. Nous commençons alors à nous embrasser, et à avoir les mains baladeuses, ça fait plusieurs mois que nous ne nous sommes pas vus, nos retrouvailles sont très excitantes. J’aime sentir sa main dans ma culotte, alors que je prends l’initiative de le sucer. Je veux en profiter longuement. J’aime le sentir vibrer sous les assauts de ma langue. Il m’interrompt parfois, parce qu’il ne veut pas jouir tout de suite. Nous sommes tous deux désireux de faire durer le plaisir, malgré le risque d’être surpris à tout instant dans ce lieu insolite. Je le savoure encore en bouche tandis qu’il me fait vibrer de ses doigts. Mais bientôt l’envie de me prendre se fait trop forte, il me propose de sortir de la voiture pour être plus à l’aise. On regarde quelques secondes autour de nous, ça fait plus d’un quart d’heure que nous sommes là et rien n’a bougé dans ce parking, la prise de risque nous semble donc acceptable. Le désir nous mène plus facilement à oser faire des folies. Il sort de la voiture, vient près de moi côté conducteur. Je le rejoins à l’extérieur du véhicule. Il baisse son jean, se pare d’un préservatif, je soulève ma jupe et me cambre sur le capot pour enfin l’accueillir en moi. Notre excitation est décuplée. J’aime ses coups de reins, je fais attention à rester silencieuse. Cette levrette spontanée est des plus savoureuse, nous en profitons quelques courtes minutes. Mon amant a même l’audace de goûter à mon petit trou avant de jouir. Jamais je n’avais connu de situation aussi excitante et vu le capot de la voiture de mon chéri de si près!

Pluralité

Se caresser à la perspective d’un rendez-vous libertin.

Se laisser tenter par une proposition « clés queues en main ». Assumer cette envie qui occupe mon esprit depuis longtemps. Se parer de lentilles, bas, porte jarretelle, bottes et jolies dessous pour l’occasion. Ressentir cette montée d’adrénaline juste avant de franchir la porte. Être accueillie par un homme charmant et se sentir en confiance malgré l’appréhension de nouvelles rencontres. Se laisser enivrer par quelques bulles de Champagne, entourée de ces hommes, soigneusement sélectionnés, désireux de s’occuper de moi. Être embrassée, caressée, et doucement déshabillée. Ne conserver que le porte jarretelle, les bas et les bottes. M’installer confortablement sur le lit pour être plus à l’aise. Saisir une verge durcie dans ma main, en accueillir une autre dans ma bouche, pendant qu’un troisième glisse sa langue entre mes lèvres intimes pour mon plus grand plaisir. Sentir un premier homme me pénétrer pendant que j’en goute un autre, et que ma main n’en délaisse pas un troisième. Voir les hommes échanger leurs places et changer de position. Sucer, caresser, accueillir les coups de reins des uns et des autres sans m’en lasser. Apprécier chaque sexe dressé qui s’offre à moi pour ce qu’il me procure. Finir par ne plus savoir lequel est en main, en bouche ou en moi.  Profiter longuement de ces virilités, là pour mon plaisir. Se sentir femme, coquine et désirable. Échanger des regards intenses remplis de désirs, varier les positions et les plaisirs. Alterner fougue et douceur. Déguster deux glands simultanément. Recueillir leurs plaisirs ruisselant sur mon visage, mes cheveux, mon corps. Rester encore allongée sur le lit, bien entourée. Discuter de nos expériences coquines et continuer à profiter de ces plaisirs, malgré le premier homme qui nous quitte. « Remettre le couvert » avec ceux qui restent. Vibrer de ces langues en alternance sur mon clitoris. Savourer chaque instant. Avoir le sentiment d’être baisée comme je le mérite. Dire au revoir à l’avant dernier homme qui court récupérer le dernier bus. Rester dormir avec l’hôte organisateur de la soirée qui a encore quelques ressources. Crier au milieu de la nuit et se rendre compte que nous avons réveillé la voisine. Se lever au petit matin et profiter de sa fougue et d’un troisième orgasme. Rire de ces nombreux emballages de préservatifs répandus un peu partout dans l’appartement. Ramasser mes affaires, prendre une douche, m’habiller, aller travailler. Raconter à mon mari probablement la nuit la plus libertine que j’ai vécu.

Se caresser en souvenir des délices de cette pluralité.

De Paris à Venise en passant par l’Afrique. J’ai testé pour vous le Love Hôtel

Après avoir fait connaissance autour d’un sage déjeuner, nous avons eu envie de nous revoir. Il nous faut donc trouver une date, une heure, et surtout un lieu. « As-tu déjà testé le Love Hôtel? » « -Oui, la première fois il y a 2 ans, et la seconde il y a 6 mois, mais je n’aurai rien contre y retourner ». Nous accordons donc nos emplois du temps pour nous retrouver devant le Sex Shop de la rue St Denis qui propose des chambres à l’heure, espérant qu’en cette fin de journée apocalyptique, le lieu n’affiche pas complet. Il est tout juste 17 heures lorsque nous nous présentons à l’accueil, et comme nous le craignions la jeune femme nous annonce qu’aucune chambre ne sera disponible avant 18h15. Notre timing étant serré, nous sortons pour prendre le temps de la réflexion, et continuons dans la rue St Denis. Les sexshops avoisinants loin d’être attirants ne peuvent nous proposer d’alternative acceptable, nous retournons donc auprès de la jeune femme pour réserver une chambre pour 18h15, nous avons même le choix entre l’ambiance savane ou orientale. Nous optons pour l’Afrique, et patientons en déambulant dans les rayons du sexshop en précisant de ne pas hésiter à nous prévenir si une chambre venait à se libérer plus tôt. Vers 17h30 alors que nous sommes en train de regarder les petits canards et autres œufs vibrants de la boutique, une jolie blonde vient nous voir et nous informe que notre chambre est prête. Nous en sommes ravis, la suivons à l’étage et passons devant des cabines diffusant des films érotiques avant d’arriver devant la chambre. La jeune femme nous indique le fonctionnement de la carte à insérer près de la console où l’on peut choisir les vidéos d’ambiances ou coquines diffusées sur l’écran, des préservatifs et lubrifiants sont à notre disposition ainsi que du savon et des serviettes en papier. Il ne reste plus qu’à nous jeter l’un sur l’autre et à profiter de l’heure devant nous!

Nos baisers sont torrides, mon haut tombe vite par terre,  ma jupe levée laisse percevoir mon porte jarretelle, mon nouvel amant s’allonge sur le lit, je m’installe sur lui. Entre deux baisers, il profite de la vue que lui offre le miroir au plafond. Il me demande comment j’ai envie de continuer, lorsque la jeune femme frappe à la porte. Elle s’est trompée de couple et n’a aucune autre chambre à proposer à l’autre couple qui avait réservé l’ambiance savane avant nous. Coupés dans notre élan, nous devons nous résigner à quitter la chambre et à devoir patienter qu’une autre se libère. Nous croisons l’homme et la femme qui auront la chance de pouvoir immédiatement commencer leurs ébats. La jolie blonde confuse, ne sait pas trop quoi faire pour se faire pardonner, elle nous propose une bouteille de champagne à titre de dédommagement, une coupe nous est rapidement servie et nous sommes invités à nous installer sur deux chaises au bout du couloir, juste à côté de la chambre que nous venons de quitter, nous entendons les cris d’une femme de la chambre voisine. Mon partenaire est frustré de n’avoir eu qu’un avant goût, mais nous préférons rire de la situation, et quelques minutes plus tard, notre hôtesse revient vers nous en nous informant que la chambre Vénitienne sera bientôt prête et que comme nous n’avons pas encore payé, elle nous offre l’heure! Nous n’aurons pas tout perdu! Vers 18h, un homme vient nous chercher pour un embarquement immédiat pour l’Italie, et cette fois, mon compagnon de l’heure et moi ne serons pas interrompus! J’ai même le temps de prendre une petite photo souvenir avant de me mettre en route pour Rome où mon mari et ses parents m’attendent dans un restaurant à proximité de la station du même nom…

Où:
88 rue st denis, 75001 Paris
Metro : Etienne Marcel, Rambuteau, Les halles
RER : Chatelêt les halles

Quand:
Tous les jours de 9h à 2h du matin

Avec qui:
En priorité votre amant ou votre maîtresse bien sur, mais pourquoi pas aussi votre partenaire officiel(le) pour pimenter un peu le quotidien!

Combien ça coûte:
25 € de l’heure

Le concept:
Des chambres à thèmes confortables et avec douche, louées en toute discrétion à l’heure, en plein cœur de Paris.
Attention, le Love Hôtel n’est pas très visible de la rue, ce n’est pas comme dans un hôtel, il faut en réalité entrer dans un sexshop, le Club 88, où vous avez un comptoir d’accueil spécifique.

J’ai aimé:
Avoir la possibilité de disposer d’un endroit approprié pour passer un doux moment avec mon amant, à un prix raisonnable.
– La discrétion est assurée, on peut conserver son anonymat
– Le côté assumé de la chose, je ne me suis sentie à aucun moment mal à l’aise, et il ne m’a pas semblé que tous les couples que j’ai pu croiser étaient illégitimes!

J’ai moins aimé:
– Les femmes de ménages étrangères en jogging gris, assez bruyantes et pas très discrètes
– Les bruits de couloir qui peuvent être un peu déconcertants.

Je vous conseille:
-Réservez votre chambre via leur site Internet ou par téléphone, si vous savez à l’avance l’heure de votre arrivée.

J’aimerai:
Que le concept se développe et que d’autres sexshops ou établissements hôteliers puissent proposer des chambres à l’heure à prix abordable!

En savoir plus: http://www.lovehotelaparis.fr/

NB: Je précise que malgré le fait que la coupe de champagne et l’heure nous ont été finalement offertes, ce billet n’est pas sponsorisé.

Quand les textos s’entrecroisent…

Cela fait longtemps qu’il me parle de son envie de me voir me faire baiser par un autre homme. L’idée que je puisse ainsi entreprendre les choses, entourée par deux verges dressées l’excite au plus haut point. Il veut me voir chienne, prise en levrette par une belle queue. Voilà des semaines que ce projet hante ses envies, et que je réfléchis à la meilleure solution pour le mener à bien. Après avoir évoqué différentes possibilités, il semble que le partenaire idéal pour cette indécence est cet homme dominant qui me sollicite régulièrement, et qui ces derniers temps s’est habitué à mes refus.

Son envie, intense s’accroit au fil de nos messages. La spontanéité est l’un de nos maitre mot. Je porte une jupe, un petit string assorti à mon soutien gorge et des bas, prête à envisager toute éventualité coquine pour la fin de journée. Je lui demande si ce soir lui semble possible, puis je contacte mon dominant pour lui demander s’il est disponible. L’un dit oui, l’autre dit non. Dois-je reporter? J’hésite un instant, mais l’envie qu’il m’a donné est trop forte. Tant pis si finalement il ne peut être disponible, mon dominant qui n’espérait plus me revoir, a été bien heureux de me baiser comme une chienne et me faire crier avant de jouir sur mon cul. Peut être qu’un jour prochain, nous parviendrons à être trois.

Dans le lit conjugal

Samedi soir, il est bientôt 21 heures, je me dépêche de terminer la vaisselle, je sais que sa venue est imminente. Cela fait des mois que je souhaitais organiser cette petite soirée, mais de nombreux contre temps sont venus perturber ce projet. On sonne à la porte, j’en sursaute presque. L’excitation probablement. Je lui ouvre la porte et lui souris, il est rasé de près et s’est fait tout beau pour l’occasion, je ne peux que le trouver craquant. Mon jeune mari est installé sur le canapé, il se lève pour souhaiter la bienvenue à mon invité. Nous ouvrons la bouteille qu’il a apporté, et discutons un peu. Mon homme est un peu en retrait, la télévision est allumée sur un documentaire qui semble l’intéresser. Je sais de toute façon qu’il préfère rester discret. Au fil de la conversation avec mon invité, les idées s’échauffent les regards deviennent coquins, je m’approche de lui et lui propose de me suivre dans la chambre juste à côté. Nous commençons à nous enlacer et échanger quelques baisers fougueux, il me déshabille et alors que je suis presque nue, mon amant me prévient: « Surtout tu me dis s’il y a quelque chose qui pourrait vous mettre mal à l’aise ». Il est adorable, je sais que je peux poursuivre sans crainte, il respectera mes envies et le fait que mon homme reste en retrait. Avant de continuer, je retourne quelques instants dans le salon où mon mari regarde tranquillement le documentaire. Je l’embrasse et lui tend l’appareil photo: « Je vais bien me faire baiser, tu peux venir quand tu veux, et tu as l’obligation de prendre des photos. » Je laisse la porte ouverte.

Les heures qui ont suivies furent très agréables, de longues caresses, la langue de mon amant au plus près de mon intimité, sa queue dans ma bouche, nos corps entremêlés, ses mouvements de bassins. Nous nous sommes abandonnés au plaisir. Je n’ai pu m’empêcher de crier attisant la curiosité de mon amoureux qui est venu à plusieurs reprises avec l’appareil photo. Qu’il est agréable de le regarder tandis que mon amant œuvre à mon plaisir. Je l’invite à me rejoindre, j’ai envie de lui aussi. Il n’ose pas encore. Quelques minutes plus tard, il me fera le plaisir de me tendre sa belle queue, qu’aussitôt je prends en bouche, heureuse d’être ainsi si bien entourée. Encore de longs moments de plaisir avant que je ne délaisse mon amant quelques secondes pour aller récupérer l’appareil photo. Envie d’immortaliser aussi cet instant de nos points de vue à nous.

Le lendemain, c’est avec plaisir que je découvre le contenu de l’appareil photo, les quelques photos prises par mon amant et moi, alors que mon mari voyeur a préféré prendre des vidéos.

Dégustation

Suite à un rendez-vous médical, me voilà libérée plus tôt de mes obligations professionnelles. J’envoie un message à mon amant et nous nous donnons rendez-vous à proximité d’une gare parisienne. Pas n’importe laquelle, celle que j’ai parcouru tant de fois, et où j’ai de nombreux souvenirs. Je lui propose une petite balade dans le parc à proximité, nous profitons des recoins cachés pour faire des haltes pour nous embrasser ou nous enlacer. Au fur et à mesure que nous marchons, je lui raconte, qu’à cet endroit, une dizaine d’années plus tôt, mon premier petit ami avait glissé sa main dans ma petite culotte. La cage d’escalier à quelques mètres de là, a également accueilli quelques ébats avec un autre amant quelques mois plus tôt. Au fur et à mesure de mes récits, je sens son désir monter, je lui chuchote à l’oreille mon envie de le prendre en bouche. Alors qu’il m’embrasse avec fougue, je sens sa verge bien dure à travers son pantalon. Il nous faut trouver un endroit discret. Vite.

Nous passons alors à proximité de toilettes publiques, sans trop réfléchir, mon amant m’entraine à l’intérieur et ouvre la porte des toilettes handicapés. Nous y entrons tous deux et nous y enfermons. Ce n’est pas un lieu des plus romantique, mais parfait pour avoir un peu d’intimité. Je vais enfin pouvoir profiter de mon amant, l’embrasser, le prendre dans mes bras, et surtout, avoir le plaisir de me délecter de sa belle queue. Hummm j’aime le sentir vibrer sous ma langue. J’adore prendre mon temps et le titiller, l’aspirer, le prendre bien en bouche, et entendre ses gémissements de plaisir. L’excitation est tellement forte, qu’il ne tarde pas à m’avertir: « Oh Lilou, je vais jouir… » Je continue de plus belle, lui faisant ainsi comprendre, que j’étais prête à assumer les conséquences de mes actes. Je veux qu’il aille au bout de son plaisir, il me tarde de pouvoir le goûter. Ses tremblements et ses gémissements intenses m’alertent de l’arrivée imminente de sa jouissance. Son abondante semence se déverse dans ma bouche, pour mon plus grand plaisir. Mon amant, giclera en trois fois pour me permettre d’avaler l’intégralité de son foutre.

Bientôt, il me faut reprendre le RER, j’ai adoré rentrer chez moi, avec son goût en bouche.

Insoumise ?

Il m’a demandé de passer le voir, il avait envie de me baiser. Le matin même, je m’étais caressée en pensant à lui. J’ai hésité, puis je lui ai précisé: « Si je passe tu as intérêt à bien me faire mouiller et à bien me faire crier ». Quelques heures plus tard nous nous sommes retrouvés devant un parc non loin de son appartement! À peine à l’abri des regards indiscrets dans l’ascenseur il glisse sa main sous ma jupe, presque déçu de constater que je porte une culotte! Une fois franchie la porte de son studio, il m’invite à prendre place sur son canapé impatient de me branler la chatte! Je me déshabille et m’installe confortablement pour profiter au mieux de l’instant! Comme à chaque fois, je sais qu’il ne m’embrassera pas, que je ne le sucerais pas, je ne l’ai jamais fait. Son plaisir il le prend à écarter mes lèvres intimes et mettre en branle mon clito. C’est pour ça que je suis venue, je sais qu’il s’attardera longtemps sur mon intimité, que ça l’excite au plus haut point de me voir mouiller, il sait qu’il va ensuite pouvoir me baiser!

Depuis que je suis arrivée, je suis ses instructions, c’est un dominant, il me veut sa soumise. Il me demande de me mettre à quatre pattes. Il me bande les yeux et va chercher un petit fouet. A chaque petit moment d’attente il m’ordonne de me caresser. Il me crache sur la chatte, me branle, me fouette. L’obscurité dans laquelle il me plonge accroit mon abandon et mon plaisir. Il fouille avec son doigt mon petit trou, tout en continuant de stimuler mon clito. Il me demande de lui faire face. Je m’exécute, lui obéir sur l’instant m’excite. Son majeur s’agite en moi alors qu’il fouette désormais mes tétons! Je sens que la jouissance arrive.

Après un retentissant orgasme, je me retrouve à quatre pattes au sol, le bandeau encore sur les yeux, je le laisse me prendre en levrette. Il aime m’avoir à sa disposition. Ses coups de reins viennent au plus profond de mes entrailles, me procurer des sensations à la limite de la douleur mais me gratifiant en réalité d’un plaisir intense. Je ne peux m’empêcher de laisser échapper des hurlements de plaisir à en déranger le voisinage. Il me pilonne, ravi que sa queue me fasse crier ainsi. Il aime me voir « salope ». Il peut me baiser ainsi comme une « chienne », savoir que j’aime ça, que je suis venue pour ça. Il peut « me la mettre bien profond » autant qu’il veut, prendre le contrôle sur moi. Il aimerait s’aventurer en un lieu plus étroit, mais il me plait de lui refuser ce plaisir. Il peut m’utiliser, user et abuser de moi, mais j’aime lui résister, je sais qu’ il  n’ira pas contre mon gré.

Après s’être appliqué à me baiser comme il se doit, il jouit sur mes seins. Je me rhabille rapidement pour ne pas être trop en retard à mon rendez-vous à quelques stations de là. Il me demande avant de partir: « Alors, tu reviendras? ». Le voilà, lui le « Dom » désormais soumis à ma volonté.