Archives de catégorie : Récits coquins

Qu’as tu préféré de cet après-midi ?

Difficile de ne garder qu’une image en tête!

– Flotter dans l’eau chaude du jaccazzi enlacé dans tes bras

– Monter à l’étage dans les coins câlins presque vides, savourer la chaleur du sauna et ta langue sur mes tétons, tes doigts sur mon clito, m’offrant un premier orgasme

-Croiser ce couple finissant leurs ébats dont la femme s’exclame « très joli sourire » et nous dit « à plus tard » dévoilant son envie de toi

– Redescendre au bar pour profiter d’un cocktail, se deshiniber un peu et apprécier la convivialité qui se dégage de toutes les personnes réunies autour du bar.

-Sourire en te voyant sortir ton huile de massage, ton arme de séduction massive, dont l’odeur ennivrante, arrive aux narines de notre voisine déjà charmée par ton sourire, envieuse désormais de tes mains sur son corps

-Remonter m’allonger dans cette petite salle aux miroirs invitant ce couple à se joindre à nous et bientôt se retrouver avec six mains massant mon corps huileux

-Proposer à cette jolie femme blonde plus âgée de s’allonger à son tour pour apprécier les bienfaits de tes mains, de ta langue

-Caresser également  longuement son corps pour intensifier les effets de ton massage et la faire chavirer encore plus, tout en me collant  à son compagnon dont l’envie devient visible

-Continuer ces gestes sensuels envers toi ou elle tout en appréciant le plaisir prodigué par son homme venu installer son visage sous mon intimité

-Aimer l’excitation et le plaisir ressenti par chacun, les regards, les sourires, en disent long, peu importe l’âge, le physique, seul compte les attentions des uns envers les autres

-Gémir des assauts de cet homme qui me prend en levrette, entendre son plaisir tout en regardant sa femme prendre possession de ta verge pendant que ta main s’agite vivement sur son clito après l’avoir léché

– Apprécier la douceur de caresses clitoridiennes délicates post coitum en vous regardant profiter l’un de l’autre.

– Prendre le temps de savourer ce moment à quatre, d’échanger quelques mots, de sourire, de se remercier avant de passer dans la pièce d’à côté.

– S’asseoir dans la grande salle pour se reposer en regardant un couple en plein ébats tandis qu’une très belle femme seule est dans une position étrange:  agenouillée, tête  sur le sol, nous offrant une jolie vue sur sa croupe.

– Rester ou aller ailleurs? Au premier regard échangé avec cette femme, elle tend le bras vers moi pour toucher ma main… impossible de dire non à une telle invitation!

-L’embrasser, la caresser et rapidement coller ma bouche sur son clito doté d’un piercing. Entendre ses gémissements et ne pas la lâcher, diversifiant les assauts de ma langue, titiller, aspirer, parfois en apnée…

-Être 4, puis 6, puis 8, lécher, sucer, caresser,  des membres virils, des seins, des clitos.. Donner, recevoir, être prise à plusieurs reprises dans différentes positions, être léchée, doigtée, caressée. Ne plus savoir qui est avec qui mais savourer l’harmonie qui se dégage de ce long moment.

– Et puis ces échanges de sourires, ces regards bienveillants et heureux inondent la pièce. Nous faisons l’amour à huit, avec nos corps, nos yeux et nos sourires. Complices ou anonymes. Douce ivresse.

-Décider de rester encore un peu alors que tu dois partir. Envie de profiter de la magie de ce moment. Le mari de la jolie femme avec qui j’ai passé un bon moment me montre son plaisir en dessinant avec ses doigts un coeur sur mon sein. Un beau geste. Non, il n’est pas tombé amoureux mais il a comme moi et je pense chacun de nous aimer ce moment.

-Prendre longuement cette jolie femme dans mes bras et la remercier pour tout ça!

-Rester encore raconter les grandes lignes de nos histoires, et échanger nos avis sur les lieux libertins de la capitale…

– Laisser à ce joli couple resté anonyme une adresse mail comme une bouteille à la mer, pour leur donner l’opportunité  de ne pas compter uniquement sur le hasard pour se revoir , en attendant c’est aussi ce hasard qui fait la magie et la beauté de ces moments…

 

 

Soirée épicée

Une première rencontre entre deux personnes est toujours un moment particulier.  Il y a une petite poussée d’adrénaline, l’envie de plaire, d’être à la hauteur de cette nouvelle situation. Prendre possession de la chambre d’hôtel, juste avant, s’accorder un premier moment de plaisir en souriant de voir tout près les TGV passer.

Comme souhaité je me suis apprêtée, mon corps a été enduit d’huile parfumée, son choix s’est porté sur des dessous rouge et noir, une robe moulante trop sexy pour que j’ose la porter au bureau, et des talons hauts qui rendent toute femme désirable. Un peu de fond de teint, du fard à paupières, du mascara et un peu de rose léger sur mes lèvres, j’aime, les yeux dans le miroir me faire toute belle. Puis, nous nous retrouvons autour d’un verre sur une terrasse. Je suis complimentée pour ma tenue. Je me sens très féminine, très bien dans ma peau, j’assume comme rarement j’ose mon sex appeal, je suis ravie d’être là, et j’adore les perspectives de cette soirée.

Vient le temps de faire plus ample connaissance, les mots, les sourires, les regards se font intenses. Chacun s’affirme, cherche sa place. Lequel des deux aura le dernier mot? Il est encore tôt pour le dire, mais je sais déjà qu’à un moment donné, j’aurai les mains liées. Tour à tour chacun prend la parole, se jauge. J’observe, j’aime ma position. Nous prenons la direction du restaurant, étape indispensable pour prendre le temps de mieux cerner qui nous sommes et nos envies. Cet entre deux, autour d’un cocktail et de plats légèrement épicés est un délicieux préliminaire, où regards intenses et mains baladeuses s’alternent et en disent longs sur les intentions coquines. J’aime ce baiser furtif rapidement déposé sur mes lèvres malgré les personnes en présence, ses douces caresses sous la table et notre fou rire lorsque nous nous rendons compte que nos sujets coquins arrivent jusqu’aux oreilles de la table voisine. Peu nous importe à vrai dire si l’issue coquine de notre soirée est visible aux yeux de tous.

Lorsque nous arrivons dans la chambre ornée de jolies poutres, mes vêtements tombent doucement. Nos baisers sont moins timides, ses mains douces parcourent mon corps. Il observe. Bientôt me voilà allongée sur le lit, nue, me laissant emportée par son désir de domination. Je suis priée de lui tendre mes poignets pour qu’ils soient liés. Je ferme les yeux, m’abandonne au plaisir, je vibre et je gémis…

Lorsque je reprends mes esprits, je vois les poutres du plafond, elle à ma gauche, lui à ma droite, ils s’embrassent. Même s’ ils se tiennent tête depuis le début de la soirée pour mener le jeu, les voilà à l’unisson pour mon plaisir…

J’adore être spectatrice de leur rencontre intellectuelle et charnelle. Mes mains s’invitent encore nouées sur leurs corps. Le jeu à trois continue.  On me délivre de mes liens, pour mieux pouvoir prodiguer mes caresses. J’aime ces complicités mêlées qui se tissent et se mélangent. Elle est belle, plus encore quand elle joui. Lui le regard intense n’a d’envie que notre plaisir. Nous rirons, partagerons nos expériences et nos jouissances jusqu’à près de deux heures du matin, au grand désespoir de nos voisins de chambre.

J’ai adoré cette soirée pleine de charme, de surprise et de plaisir!

wpid-wp-1434403204808.jpeg

Chaleur

C’est notre quatrième chambre louée pour quelques heures, en autant d’établissement, nous sourions de devenir des testeurs d’hôtels.  A peine la porte franchie nous sommes heureux que ce petit dix mètres carré avec le minimum syndical, toilettes et douche soit climatisé. Pour le peu de temps que nous resterons, l’essentiel n’est pas les prestations à notre disposition, mais bien ce que ce lieu nous permet de faire.

Nous nous débarrassons de nos sacs et affaires, nous prenons dans les bras et nous embrassons. Tu t’exclames: « ça fait tellement longtemps! ». On s’est pourtant vu il y a deux jours. Rapidement ma robe d’été tombe, nos mains se baladent sur nos corps, nos baisers s’enflamment, ma petite culotte se retrouve sur le sol. Tu me plaques contre le mur, ça commence à devenir une habitude. J’aime te sentir ainsi contre moi. Il fait chaud, une douche ne serait pas du luxe, mais pour le moment, nous préférons faire monter encore plus la température. Tu glisses tes mains dans mon intimité, je sens du bout des doigts ta queue gonflée de désir à travers ton boxer. Je vibre, j’adore cela, je pourrais rester des heures comme ça. Je n’ose encore me retourner, je sais l’effet que ça te fait, mais me voilà face contre le mur et fesses contre toi. Je sais que bientôt tu me prendras comme ça, mais pas encore, je veux d’abord profiter de tes baisers, de tes caresses, de la chaleur de ton corps. Ce désir puissant nous attire l’un à l’autre. Je me retourne pour me plonger dans ton regard si intense. Il ne me reste que mon soutien gorges, tandis que tu es en boxer. Plus pour longtemps. Tu es complètement nu, je saute sur l’occasion pour m’accroupir et te prendre en bouche, ma chaleur t’envahit, ma langue tourne autour de ton gland, ta main s’appuie contre la porte d’entrée pour ne pas succomber, j’aime entendre tes soupirs dans ces moments de plaisir, je te regarde dans les yeux, te souris. Je profite de toi, mais bientôt tu m’interromps, tes envies se font plus claires: « Tu ne m’en veux pas si on garde la douche pour après, là, j’ai envie de toi! ». Jamais, je ne t’en voudrais de vouloir me prendre, surtout debout appuyée contre ce mur. Je suis sur la pointe des pieds, cambrée, pour mieux sentir ta queue en moi. C’est si bon.

Puis le lit nous fait envie: « Quelle position souhaites-tu? ». Peu t’importe. Je te veux sur moi, les yeux dans les yeux, je te sens bien comme ça. Mes mains parcourent ton dos, nos baisers accompagnent notre plaisir. Puis te voilà sensible, tu m’interroges:
« Tu fais quelque chose là?
-Rien pourquoi?
-Si, tu contractes…
– Ah oui, ça, tu as raison, je n’y fais même plus attention.
-J’aime beaucoup!
– Et bien c’est ce qu’on « s’amuse » à faire lors de la rééducation du périnée. »

Nous en rions, avant que notre corps à corps reprenne de plus belle, et que nos mots, continuent de naturellement trouver leur place dans notre intime. Nous évoquons, nos ressentis, nos expériences, nos petites histoires, nos envies aussi. Un jour, nous nous ferons l’amour rien qu’avec les yeux, c’est sur ta liste, mais ce qui te plait, ce sont toutes ces choses qui ne sont pas sur cette liste et que nous ferons.

Mais là tout de suite, je veux me retourner, face contre les draps non défaits, je soulève mes fesses pour mieux te sentir. Je ne te vois pas, mais je t’aime en moi. Quelque soit la position, je ne m’en lasse pas. Nous en profitons longuement. Ce sont les yeux dans les yeux que nous jouirons un peu plus tard, nos corps dégoulinants par cette forte chaleur. Nous prenons le temps de récupérer de nos ébats, avant de nous diriger vers cette douche bien méritée. Vivement la prochaine fois!