Archives de catégorie : Réflexions

Je ne suis plus la libertine que j’étais

Parfois, je repense à cette légèreté, cette insouciance qui me caractérisait il y a quelques années, lorsque le libertinage m’a permis d’oser les choses les plus folles. Rencontre les yeux bandés, dans le noir, cumuler deux rendez-vous dans la même soirée, laisser un presque inconnu m’organiser un moment avec trois hommes, aller à l’autre bout de Paris portée par l’envie pour rencontrer un quasi inconnu.

Je n’ai aucun regret de tout ce que j’ai eu la chance de vivre, j’aime cette adrénaline juste avant un rendez-vous, j’adore ce relâchement des corps, cette terrible sensation de bien être et me sentir si vivante après avoir vécu un tel moment. Je ne dis pas que tout ça a complètement disparu, je pense juste que les choses ont évolués. Oui, mon rôle de maman m’accapare et me fixe des contraintes, je ne peux plus parcourir des kilomètres, rentrer tard, ou ne pas rentrer du tout, je ne peux plus improviser.

J’ai toujours suivi mes envies avec spontanéité, avec mon côté terre à terre. Au bout d’un moment, j’ai besoin de concret, et pour passer au concret il faut: être disponible et avoir un lieu à disposition permettant d’avoir de l’intimité. Heureusement, les chambres d’hôtels existent, mais il faut chercher l’hôtel, trouver un prix raisonnable, vérifier la dispo, réserver… C’est toute une logistique, possible certes, mais qui me fait de moins en moins frémir d’envie comme ça a pu être le cas par le passé.

C’est une évidence, je ne suis plus la libertine que j’étais, peut être aussi, parce qu’à chaque fois que mon homme vient glisser sa langue entre mes cuisses, je me dis que j’ai de la chance d’avoir ce plaisir à domicile, je réalise, que je peux en profiter à volonté, quand je veux, sans avoir à aller à l’autre bout de l’île de France. J’ai multiplié les amants, et pourtant, j’ai eu des plaisirs intenses, des sensations fortes, très fortes mêmes. Oui, j’ai trouvé auprès de mes amants des plaisirs que je n’ai jamais connu avec mon mari, des sensations physiques différentes, des jouissances nombreuses et variées. Seulement, les années passent, et le constat reste le même: mon désir pour lui ne s’est jamais estompé, mon plaisir n’a fait que grandir. Il n’y a que lui qui sait si parfaitement me faire jouir, exactement comme j’aime, faire l’amour avec lui, c’est juste exactement tout ce que j’aime, toujours!

Je ne suis plus la même libertine, ne signifie pas qu’il n’y aura plus jamais d’amant, parce que le libertinage est toujours pour moi un piment, un ingrédient dans notre couple, un moyen de susciter le désir de mon homme. Je ne suis plus la même libertine parce que je suis une épouse et une maman épanouie, et que je suis encore plus exigeante, car passer du temps avec un autre homme signifie sacrifier du temps avec ma famille. Certes, ça me fait le plus grand bien, parfois, de m’échapper de cette bulle familiale, mais je ne suis plus la même libertine, parce que je savoure le fait que mon mari soit mon meilleur amant.

_DSC4667

Tête, coeur et cul


Étrange sensation de réaliser que ma vie libertine « ce n’est plus ce que c’était ». Je ne dirais pas forcément que « c’était mieux avant », mais en cette période moins coquine, les réflexions sont nombreuses et les constats éloquents:

-On me perçoit comme inaccessible, en réalité, je suis surtout très exigeante sur la qualité de mes amants qui doivent me plaire physiquement et intellectuellement

-J’ai laissé mon coeur vibrer et prendre le dessus parfois, mais c’est inéluctable la passion ne dure qu’un temps

-Je donne beaucoup d’importance à l’état d’esprit, aux états d’âme, et je me pose beaucoup (trop) de questions, quitte à mettre au second plan l’aspect physique qui devrait pourtant être le point central d’une relation libertine

-J’ai du mal avec le lâcher prise, qui fait pourtant tant de bien.

Je ne pourrais pas dire que mes derniers moments avec mes amants ont été très « sexe », d’autre part mon mari aime avoir nos bébés à proximité, ce qui impacte temporairement notre intimité. Bref, me voilà avec ma tête, mon coeur et mon cul à me questionner sur ma capacité à plaire de nouveau. Je me dis que si je venais à rencontrer l’un de mes lecteurs, en l’état actuel des choses, je ne serais peut être pas à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’une blogueuse sexy.

Je crois que j’ai simplement besoin de sexe pour du sexe pour remédier à tout ça, essayer de mettre de côté tous les autres aspects pour retrouver l’insouciance et la légèreté qui rendent la liberté si délicieuse.

Être une libertine qui ne baise pas est un comble.

Mais je crois que je vais rester fidèle à moi même, me laisser porter par l’envie et la règle du « Fuck yes« , se fier à cette étincelle qui m’a toujours guidée. Après tout depuis toutes ces années, c’est toujours la même chose: « Je ne cherche pas, je trouve », le privilège d’être une femme, de savoir ce que je ne veux pas (plus facile que de savoir ce que je veux) et connaître le pouvoir des mots.

Inéluctable

Je crois que l’on n’y peut rien, une relation est un cycle. Le début est souvent intense, on frétille au moindre message, sms, appel, rendez-vous. On est impatient de voir l’autre, de se revoir. On prend plaisir à faire plus ample connaissance, à se rendre compte à quel point on peut être en phase. On a conscience de la chance qu’on a de pouvoir vivre cela.

C’est compliqué aussi, il faut gérer la frustration, la distance, la jalousie. Rien n’est jamais parfait, il y a toujours des choses qu’on aimerait avoir et qu’on n’a pas, il faut faire avec, accepter que l’autre n’est pas parfait, qu’on n’est pas « seuls au monde », il y a d’autres personnes, éléments, obligations professionnelles ou personnelles dont il faut tenir compte qui influencent notre relation, qui en fixent parfois les limites. Le temps et les événements nous font grandir, mûrir, vaciller ou résister. Mais c’est inévitable l’intensité s’essouffle, parce que de toute façon c’est difficile de pouvoir vibrer en permanence dans la durée, parce qu’il faut savoir simplement accepter qu’avec le temps on a besoin de souffler, apprécier le calme, le bien-être, ces choses simples et agréables qui nous donnent envie de dire:
« J’en veux encore! »

Pour une fois dans l’autre sens…

La différence entre un amant et un complice se joue à presque rien. ça peut être quelque chose que l’on ressens instantanément, ou au contraire quelque chose qui s’installe avec le temps. Parfois les intentions sont là, on se dit que ce libertin a toutes les qualités requises pour prétendre à cette complicité tant recherchée, mais dans les faits, rien ne se passe de particulier. Il ne suffit pas de le vouloir, il y a tant de choses que l’on ne contrôle pas, mais il faut savoir accepter.

Accepter ce qui s’impose à nous, accepter l’évidence. Le feeling a toujours été mon guide. Un homme peut très bien me faire jouir, si en parallèle, dans la conversation il y a quelque chose qui ne me séduit pas, alors tôt ou tard, il y a quelque chose qui me lassera. Ces complices sont ces hommes qui se soucient de comment je vais, même si je ne leur parle pas que de ma vie sexuelle.  Ce sont ceux qui m’écrivent même si je n’ai pas répondu à leur dernier message, ce sont ceux qui me plaisent avec des choses simples ou qui sont capables à chaque fois se réinventer pour me proposer de nouvelles expériences .

Les complices on les compte sur les doigts d’une main,  dont la moindre caresse vous fait le plus d’effet, parce qu’avec un complice, on peut tout dire, tout tenter, tout oser, tout entendre, tout accepter.   Ils deviennent bien plus que des amants, ils sont des confidents. On les aime et/ou on concrétise nos fantasmes avec nos complices.

Jusqu’à présent j’ai commencé par faire l’amour à ceux qui sont devenus mes complices. Aujourd’hui, je me retrouve dans une situation inédite où la complicité est là,  avant même que les lèvres ne se touchent. Alors, comment se passera le rapprochement des corps, ce moment désormais tant attendu. Que se passera t-il lorsque la réalité viendra supplanter notre imagination? J’ai confiance, confiance en toi qui connait déjà jusqu’à mon nom, j’ai confiance en moi, parce que je sais qui je suis et comment je fonctionne. Parce qu’après tout ce chemin, nous ne pouvons être que dans la bonne direction, même si nous ignorons encore la destination. Je sais que nous sommes dans le bon état d’esprit, parce qu’oser se confier l’un à l’autre et prendre le temps qu’il faut, ne pourra pas nous décevoir mais au contraire accroitre, notre désir, notre envie, notre plaisir et nos émotions.

index

Mon fantasme de liberté

Voilà un mois que je n’ai pas publié d’articles ici, c’est que mon temps est pratiquement essentiellement consacré à mon bébé qui mange bien et grandit bien vite! Il m’est pour le moment impossible d’être séparée de mon petit homme ne serait-ce que 2 heures, dans ces conditions, difficile d’envisager de voir un amant…

Je profite toutefois de ce temps à la maison pour réfléchir sur ma vie, mes envies, et la liberté que j’aimerai avoir. Jouir de la liberté dans ma vie personnelle et intime me donne envie de pouvoir profiter de cette même liberté dans ma vie professionnelle. Pouvoir décider de mon emploi du temps, envisager pouvoir passer plus de temps à l’avenir avec mon enfant, sans que l’argent ne soit un problème. Il s’avère que pour obtenir la liberté financière il est nécessaire d’agir et de prendre des décisions.

Dans une vie idéale, on souhaiterait gagner de l’argent en faisant ce qu’on aime. Est-ce que l’on peut sérieusement envisager de gagner sa vie en racontant sa vie libertine? Il y a tant de sites ou blogs coquins qui existent que pour gagner de l’argent. L’argent n’a jamais été ma première motivation, mais je réalise aujourd’hui qu’il serait le moyen de réaliser mes envies, mes fantasmes, et de m’accorder cette liberté tant convoitée.

Il me reste encore tant d’histoires à vous raconter, et de moins en moins de temps pour les écrire, difficile de tout concilier. Je crois que mon rêve serait pouvoir être « blogueuse sexy professionnelle » en proposant un contenu original ou pourquoi pas « coach en liberté sexuelle »,  du moins de gagner ma vie en assumant ma vie coquine. Mais est-ce vraiment envisageable en conservant mon anonymat? Est-ce que mes lecteurs ont ce type de besoin ou d’envie? Accepteraient-ils d’être des contributeurs et de verser quelques euros pour des lectures croustillantes ou quelques conseils? Quelques idées traversent mon esprit, mais à chaque fois la question de l’identité que je dois prendre se pose, être moi, être Lilou, ou créer une autre identité à mi-chemin entre Lilou et moi qui serait capable d’assumer au grand jour le sérieux et le coquin d’une telle entreprise? Dans l’attente que mes idées aboutissent ou non, je me documente, je m’informe, me forme, et essaie de réunir les conditions qui faciliteraient peut être un jour ou l’autre cette envie de totale liberté!

Vos avis sont bien-sur les bienvenus!

adam_et_eve_entre_bible_et_kamasutra

Sage libertine

Semaines après semaines, mon ventre s’arrondie et je m’épanouie dans mon corps de future maman. C’est un réel plaisir d’afficher de jolies courbes, je me sens en quelque sorte au top de ma féminité, dans mes petites robes ou tenues de grossesse. Envie de davantage prendre soin de moi, de me maquiller, de me faire jolie, alors qu’il n’y a pas forcément de rendez-vous avec un amant en perspective. Être enceinte n’empêche pas d’être sexy!

Ma vie intime a sensiblement évolué. Un peu moins de câlins avec mon homme, mais c’est surtout parce qu’il est toujours soucieux que je me sente bien, il préfère me laisser prendre l’initiative d’entreprendre les gestes coquins, et avec la fatigue je le sollicite un peu moins. Je n’ai plus envie de découcher ou de faire de nouvelles rencontres, j’estime que par respect pour mon futur enfant ou mon mari, ma place est désormais chaque nuit dans le lit conjugal.

Malgré tout, j’aime passer quelques plus brèves moments avec mon amant célibataire ou mon bel amant, même si c’est un peu moins fréquent et forcément un peu différent. Ce sont les deux seuls hommes que j’envisage de continuer à voir pendant ma grossesse, et j’ai créé avec eux un lien particulier qui évolue quoiqu’il arrive. Et puis mon homme aime l’idée que je ne sois pas seulement la maman de son futur enfant. J’ai adoré lorsqu’il m’a glissé à l’oreille: « Tu seras toujours coquine, et c’est aussi pour ça que je t’aime ».

Je suis donc un peu plus sage, qu’il y a quelques mois, mais je reste toujours coquine. De toute façon,  même dans les plus spontanées des folies, j’ai toujours agis en accord avec moi-même et avec les autres, j’ai décidé de laisser mon corps vivre ses passions, me laissant parfois très agréablement portée par l’ivresse, mais toujours avec une touche de modération, pour ne pas me retrouver dans une mauvaise situation. Indéniablement, je crois que j’ai toujours été et que je serai toujours une sage libertine.

Bo3uX2PIQAAUgDX

Nouvelles perspectives ?

Les jours passent et je ne peux m’empêcher de penser à lui. Impressionnant de se rendre compte à quel point petit à petit, il prend de plus en plus de place, dans ma vie, dans mon coeur. J’ai parfois l’impression de ne plus être tout à fait moi même.  Même blottie tendrement dans le creux de l’épaule de mon mari, lorsque je suis si bien et que j’entends le cœur de mon homme battre, mes pensées sont pour lui. L’aimerai-je plus que celui qui partage mon lit? C’est indéniable maintenant, ma vie va changer…

Bientôt, il y aura un jour qui sera le premier jour du reste de ma vie!

SONY DSC

A toi

Tu ne liras probablement jamais ces mots, ou ignoreras qu’ils te sont adressés. Lorsque j’ai rencontré ton homme, j’ai d’abord cru qu’il était dans une « relation libre ». A l’instant, où, quelques heures après, tandis que nous étions dans l’intimité d’une chambre d’hôtel, j’ai compris que ce n’était pas le cas, j’ai eu un pincement au cœur. Tout simplement, parce que je n’aime pas ces situations, et probablement aussi parce que j’ai tout de suite senti, que ton chéri était différent, qu’il aurait une place particulière dans ma vie.

Au fil des semaines et des mois qui ont suivis, je suis devenue ce que je ne voulais être, « la maitresse d’un homme marié »,  j’ai accepté de vivre cette belle relation, j’ai accepté de recevoir tout ce qu’il était prêt à m’offrir, j’ai donné, également en retour. L’homme de ta vie, m’a fait vivre de belles émotions, qui avec le temps, sont devenues de beaux sentiments. C’est aujourd’hui, un homme qui est important pour moi, mon meilleur ami, mon confident, quelqu’un à qui je tiens et que je veux voir heureux. Quelqu’un que j’aime, d’une certaine façon, mais que je n’aimerai jamais autant que toi tu l’aimes.

Assurément, nous sommes amants, et être dans les bras d’une autre personne, est un adultère, une tromperie. Je ne supporte pas l’idée que la relation que je partage avec ton mari puisse mettre en péril votre union. Je mettrais fin sans hésiter à notre intimité pour préserver votre couple, si celui-ci venait à être en péril, car l’essentiel pour moi est votre bonheur, le bien être de votre famille. Si j’aime à ma façon ton homme, c’est aussi parce qu’il est mari et père, qu’il est heureux avec toi et vos enfants, qu’il a trouvé son équilibre avec toi. C’est important pour moi.

Car, à la différence d’autres hommes que j’ai pu rencontrer, j’ai tout de suite su et compris que ton mari était bien avec toi, qu’il t’aime profondément, et qu’il ne souhaite en aucun cas te perdre. Bien au contraire. Il est torturé de ce qu’il est au fond de lui: un polyamoureux. Il aime l’amour et les femmes, et il ne peut s’empêcher de donner beaucoup aux autres. Ce qu’il peut vivre dans les bras d’une autre, ne remet en aucun cas en cause la place et l’importance que tu as dans sa vie, c’est différent, c’est tout. J’ai accepté de vivre cette relation, car j’ai senti que je lui apportais quelque chose de complémentaire. Nos moments sont une parenthèse qu’il s’accorde dans une vie professionnelle pas toujours facile, je suis une sorte de soupape de sécurité, et parfois aussi une « boite à fantasme ».

Grâce au libertinage, je me suis rendue compte, qu’il n’est pas évident de vivre toutes ses envies avec la personne que l’on aime, probablement parce qu’on a peur que nos fantasmes affectent la personne à qui l’on tient le plus au monde, alors amant ou maîtresse permettent d’oser toutes les folies.

Dans un monde idéal, j’aimerai que tout le monde puisse avoir la chance de vivre tel que moi: pouvoir être tel qu’il est, et avoir la liberté de vivre ses envies, avec la bienveillance de son conjoint. Je suis devenue libertine, car j’ai dissocié l’amour, l’intention, les sentiments, de la relation intime, physique et charnelle. On peut avoir du plaisir sans aimer. On peut avoir de l’affection et « aimer » d’une certaine façon une personne, sans pour autant décider de vivre, de se marier ou d’avoir des enfants avec cette personne. Ce qui compte en réalité, dans une relation amoureuse, et qui fait toute la différence,  c’est le projet de vie que l’on fait ensemble.

Au début de notre histoire mon homme m’a dit: « Qu’importe ce qu’il arrive, ce qui compte, c’est que tu restes avec moi » ou encore au moment où j’ai eu ma première tentation pour un autre :  « ce n’est pas parce que tu es avec moi, que les autres autour n’existent pas » et plus tard, lorsque j’ai franchi le pas du libertinage: « ce n’est pas parce que je t’autorise à aller dans les bras d’un autre que je ne t’aime pas, au contraire, c’est parce que je t’aime profondément que je peux le faire ». Sans ces phrases, je ne suis pas certaine que la situation serait telle qu’elle est.

A mes yeux, ton mari t’es fidèle, car il n’a jamais remis en cause votre couple, car tu es et restera sa femme, celle qu’il a choisi, la mère de ses enfants, la femme la plus importante à ses yeux. Saches que jamais je n’ai voulu, et ne voudrai prendre ta place, que je t’admire d’une certaine façon, d’être capable de t’adapter aux obligations professionnelles de ton homme. J’espère qu’un jour, il osera partager un peu plus son jardin secret avec toi,  s’il n’ose pas, c’est parce que tu es ce qu’il a de plus précieux avec vos enfants. Ton homme est l’une des plus belles personnes que j’ai pu rencontrer, et malgré cette situation je l’avoue incongrue, c’est assurément quelqu’un de bien.  Je souhaite que votre amour soit préservé et perdure.

Ces petites phrases…

Jour de reprise après 3 semaines de vacances, la journée est loin d’être tranquille au bureau.

18H16, SMS de mon amant célibataire: « On se voit pas? »

C’est vrai que pendant le week-end, je lui ai dit que j’essaierai de passer le voir. Je l’appelle, j’ai une course à faire et après je passerai, je lui précise:  « ce sera en version rapide cette fois ».

19h04: Je sonne à sa porte, il m’embrasse, me propose un verre d’eau. On commence à discuter, après plusieurs semaines sans se voir, nous avons pas mal de choses à nous raconter « Tu as un peu le temps… ».

On prend plaisir à papoter. Il se passe pas loin d’une heure avant que les choses ne deviennent intimes entre nous.

Lorsque nous reprenons nos esprits après un délicieux corps à corps de retrouvailles, il est 21h45, alors que j’avais annoncé à mon mari rentrer vers 21h30. Il me faudra pas loin de 2h pour regagner mon domicile conjugal, j’appelle donc mon mari, qui me précise qu’il ne souhaite pas que je sois dans les transports vers minuit.

J’avoue qu’à cette heure tardive, je préfère rester dormir chez mon amant, je réalise alors que je ne lui ai même pas demandé son avis, avant de convenir avec mon chéri que je ne rentrerai pas. Il est en réalité heureux de constater que je me sens bien chez lui au point de me sentir libre de rester.

Par contre, je n’ai pas de tenue de rechange pour le lendemain: « Je n’ai même plus une petite culotte dans mon placard au bureau!

-Tu devrais laisser quelques affaires de rechanges ici! »

Ma vie libertine me surprendra toujours!

BH_viM8CIAAeoCO